lundi 27 avril 2015

De l'amphore au conteneur

Malgré son titre peu sexy, cette exposition du musée de la Marine vaut le détour ! Même si la marine marchande ne vous passionne pas. Car tout est fait pour vous la rendre intéressante et accessible. A travers plus de 2000 ans de commerce maritime, j'ai pu découvrir l'évolution des bateaux, des ports, des marchandises et de leurs contenants, des métiers, etc.

Tout commence avec le commerce antique (trop bien !). Amphores et dolia voyagent à travers la Méditerranée. Et surtout sur les fleuves. Outre les conteneurs (amphores de toutes tailles et formes, scellées par des bouchons de liège ou de terre cuite) et leurs contenants (évoqués dans chaque section à travers leurs odeurs), on s'intéresse aux bateaux. Un petit jeu vous sera proposé à chaque grande période de l'expo sur la ligne de flottaison des navires, leurs points d'équilibre, bref, tout ce qui fait qu'ils sont plus ou moins vulnérables au poids et au déplacement de la cargaison - surtout sur une mer agitée. En outre, un dispositif pédagogique récapitulatif, le "navire du bout des doigts", vous permettra de tout savoir sur le navire le plus courant de chacune des périodes (vitesse, taille, espace de stockage, etc.) Enfin, un petit dessin animé est diffusé pour mieux comprendre comment se faisait le commerce, quels dangers courraient les armateurs et quels procédés étaient utilisés dans les ports. Bravo, tous ces dispositifs sont ludiques et pédagogiques mais ne lassent ni ne prennent le pas sur les objets exposés.

De l'amphore au conteneur Musee Marine
Dispositifs de médiation de l'expo © Musée de la Marine

Au Moyen Age, les mers explorées ne sont guère plus lointaines que durant l'Antiquité. Je retiendrai de cette période la grue de Bruges et la main mise de la ligue de la Hanse. C'est à partir du XVIe et du XVIIe siècle que le commerce maritime prend son essor vers l'Asie et l'Amérique. Et que les produits échangés se diversifient : c'est l'âge d'or du commerce du thé, du chocolat, des soieries et de la porcelaine. Ça, c'est le luxe ! Et les bateaux ? Ils ne sont pas beaucoup plus rapides mais ils sont plus nombreux. C'est au XIXe siècle que tout change vraiment. Les clippers sillonnent les mers, les ports se modernisent (grues, rails, lieux de stockage rationalisent l'espace : c'est étonnant de lire sur des cartes et des images la transformation du port du Havre), les trajets raccourcissent avec l'ouverture du canal de Suez... Mais c'est finalement le vapeur, qui prend peu à peu le pas sur la voile, qui fait entrer la marine marchande dans l'ère industrielle. 

Après un détour par le commerce avec les colonies, le tramping et une incursion dans les grands cargos du début du siècle, le porte conteneurs nous fait entrer dans l'ère contemporaine. Les bateaux s'agrandissent démesurément, toujours prêts à transporter plus de grandes boites, les conteneurs. Standardisés et multimodaux, ils permettent de transporter une infinité de produits différents et surtout de les décharger rapidement, partout. Car l'enjeu principal est désormais le temps. Il faut passer le moins de temps au port... quitte à embouteiller dans le canal de Suez ! 

Cette exposition permet de bien comprendre les évolutions du commerce maritime et son importance dans les différentes sociétés : il a pu être plus rapide, plus économique mais aussi plus dangereux que le transport terrestre selon les périodes. Ce commerce est aussi lié à toute une part de rêve et d'exotisme, surtout à l'époque moderne, où l'on s'entiche de chinoiseries. C'est aussi un monde de démesure qui cherche toujours plus d'efficacité et de profit. Bref, une incursion à plusieurs niveaux dans l'histoire de la marine marchande qui, sans questionner directement nos façons de consommer, donne un bon aperçu de l'accélération du monde et de son économie. 

Quelques points m'ont cependant gênée, notamment l'usage de reproductions plutôt que d'originaux (en début d'expo), les limites du sujet (quid de la piraterie, des conditions précises de navigation, des guerres économiques, etc.) et la numérotation parfois étonnante des objets... Mais ce ne sont que des détails. Je préfère souligner à nouveau le remarquable travail de médiation autour de l'expo, qui rend ce sujet peu excitant tout à fait passionnant ! Bref, c'est une sortie idéale pour ceux qui ont un peu de vacances... ou pour les week-ends prochains.

Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur les échanges commerciaux en Méditerranée, le voyage dans l'Antiquité ou au Moyen Age.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !