dimanche 17 juin 2007

Le zèbre

Ce roman d'Alexandre Jardin permet de se détendre le temps d'un voyage en train. Le Zèbre, Gaspard Sauvage, avait une idée de départ séduisante : comment séduire sa femme après quinze ans de mariage ? Bon, Jardin tourne un peu spécialiste de ce type de questions, semble-t-il d'après mes récentes recherches. Je n'ai lu que Fanfan et j'ai déjà l'impression que c'est la même histoire ! En gros, vive l'amour absolu, vive les folies et vive moi.

Camille aimerait pouvoir se contenter d'un petit amour train-train avec son Zèbre mais il lui en fait voir de toutes les couleurs : rejouons notre première rencontre, faisons comme si nous étions vieux et détestables, et si j'étais un Inconnu qui t'envoyait des lettres passionnées... Tout prend l'aspect de jeux mais les règles sont rigides et Camille se sent un jouet des inventions de son mari. Après un ultime jeu de la jalousie, elle part. Son mari dépérit. Quand Camille décide de revenir, elle le trouve mourant mais toujours plein d'imagination. Le Zèbre continue à booster leur amour... six pieds sous terre.


L'idée était amusante mais devient vite lassante. Les personnages (surtout le Zèbre) sont assez difficiles à supporter, ils en font trop. Quant au style... rien d'épatant, on sent bien que l'auteur voulait séduire son lecteur. C'est raté.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !