jeudi 15 octobre 2015

Dieu dispose

Après l'histoire dramatique du Trou d'Enfer, Dumas n'a pas souhaité laisser ses personnages dans une si grande détresse. Il faut dire que le premier tome de cette histoire se termine dans les larmes et la tristesse. 

Avec ce deuxième tome, nous retrouvons Julius et Samuel, 15 ans après. Julius, ambassadeur pour Berlin en France, est prématurément vieilli par les excès via lesquels il a tente de se consoler. Samuel, toujours manipulateur, n'a pas beaucoup évolué: il n'a ni or ni passion sinon celle de jouer avec la vie des autres. Et le fait de recroiser Julius lui donne des idées: s'il tentait de récupérer sa fortune ? Car son objectif est de gagner l'amour de sa pupille, Frédérique, et il ne voit que l'argent pour acquérir du prix à ses yeux. Triste personnage, n'est ce pas ? Il n'a pas beaucoup changé avec les années. 
À nos vieux compagnons s'ajoutent de jeunes et chastes figures: Frédérique, pupille de Samuel, dont seul le lecteur connait l'identité, et Lothario, le neveu de Julius. Bien entendu, une voire deux ou trois histoires d'amour se nouent. Bien entendu, Dumas joue avec les cliffhangers à chaque chapitre ou presque. Et les plans de Samuel ne cessent de changer et de s'adapter aux circonstances. 

Comme dans Le trou d'enfer, on est à 100% dans la littérature romantique: paysages grandioses, climat de fin du monde, mystères et fantômes... Mais les temps sont moins héroïques: Napoléon n'est plus au pouvoir, c'est Charles X en fin de règne qui a pris sa place. Et l'Allemagne à laisse la place à la France, une terre bien moins romantique !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !