lundi 29 octobre 2018

Graine de crapule suivi de Les vagabonds efficaces

C'est une amie qui m'a conseillé ce livre de Fernand Deligny pour mieux connaître l'éducation spécialisée et populaire. J'ai donc emprunté cet ouvrage qui rassemble deux de ses textes. 

Graine de Crapule est constitué de courts textes ou aphorismes illustrés, à la fois non-méthode et expériences avec des jeunes délinquants, autistes ou considérés comme malades mentaux. Je vous en partage quelques uns qui m'ont interpellée.


"Il faut savoir ce que tu veux.
Si c'est te faire aimer d'eux, apporte des bonbons. Mais le jour où tu viendras les mains vides, ils te traiteront de grand dégueulasse.
Si tu veux faire ton travail, apporte-leur une corde à tirer, du bois à casser, des sacs à porter.
L'amour viendra ensuite, et là n'est pas ta récompense"

"Sais-tu chanter, improviser une histoire de pirates, marcher sur les mains, imiter les cris d'animaux, dessiner sur les murs avec un morceau de charbon ? 
Alors tu auras de la discipline"

"Dans les plus grands pagailles, tu es la calme souriant. Dans les grands calmes, tu es le vent"

"Arrange-toi pour qu'ils aient toujours cette sensation de choix, hors de laquelle il n'est pas de bonne volonté possible"

"Le plus grand mal que tu puisses leur faire, c'est de promettre et de ne pas tenir.
D'ailleurs, tu le paieras cher et ce sera justice"

"Il ne s'agit pas qu'ils prennent l'habitude d'un adulte, toi, mais l'habitude de vivre comme tout le monde"

"Ne leur apprend pas à scier si tu ne sais pas tenir une scie ; ne leur apprend pas à chanter si chanter t'ennuie ; ne te charge pas de leur apprendre à vivre si tu n'aimes pas la vie"

"Lorsqu'on te parlera de ton dévouement, j'espère que tu seras bien étonné.
Ou alors change de métier"

"Parce qu'ils sont sales et noirs, tu t'imagines peut-être qu'il s'agit de faire une grande lessive dont ils sortiront francs et courageux.
Prépare toujours brosses, savon, eau, vent et soleil.
Et puis, jour après jour, tu leur donneras l'habitude de se laver eux-mêmes."

"Garde les vivants. Si la vie, pour eux, c'est voler, c'est taquiner, c'est démolir, cherche tout simplement à ces verbes des compléments directs ou indirects qui feront insensiblement dériver leur force dans des actes avouables et utiles"

"Mieux vaudrait peut-être avoir auprès des enfants malheureux de vieux bagnards parés du titre d'éducateur que certaines "âmes" de bonne volonté.
Car si les uns peuvent dégouter du vice, les autres dégoutent de la vie honnête"

"Il y a trois fils qu'il faudrait tisser ensemble : l'individuel, le familial, le social.
Mais le familial est un peu pourri, le social est plein de noeuds. 
Alors on tisse l'individuel seulement.
Et l'on s'étonne de n'avoir fait que de l'ouvrage de dame, artificiel et fragile"

"Certains qui font ce métier, le nôtre, croient en Dieu ; d'autres ont foi dans les hommes"

"Quand tu auras passé trente ans de ta vie à mettre au point de subtiles méthodes psycho-pédiatriques, médico-pédagogiquess, psychanalo-pédotechniques, à la veille de la retraite, tu prendras une bonne charge de dynamite et tu iras discrètement faire sauter quelques pâtés de maisons dans un quartier de taudis. 
Et en une seconde, tu auras fait plus de travail qu'en trente ans"

 "Si tu es pour si peu dégouté du métier, ne t'embarque pas sur notre bateau car notre carburant est l'échec quotidien, nos voiles se gonflent aux ricanements et nous travaillons fort à ramener au port de tous petits harengs alors que nous partions pêcher la baleine"

Quant à Les Vagabonds efficaces, il comporte plusieurs temps. Une explication de la grande cordée, un réseau autour des auberges de jeunesses qui accueillait des délinquants. Pavillon 3 qui parle de jeunes internés pour raisons diverses. Et les Vagabonds efficaces qui sont aussi des observations et des histoires vécues dans l'éducation spécialisée avec des "jeunes à problèmes". Ce n'est pas vraiment une méthode, c'est clairement une critique des institutions et des "maisons de correction" voire de la société.

"Il ne s'agit donc pas de méthode, je n'en ai jamais eu. Il s'agit bien, à un moment donné, dans des lieux très réels, dans une conjoncture on ne peut plus concrète, d'une position à tenir. Il ne m'est jamais arrivé de pouvoir la tenir plus de deux ou trois ans. A chaque fois, elle était cernée, investie et je m'en tirais comme je pouvais, sans armes et sans bagages et toujours sans méthode"
Avec cette non-méthode, ces histoires et ces tentatives, se dresse une proposition d'éducation toujours ouverte à la remise en question. Une non-institutionnalisation de l'éducation spécialisée mais une ouverture à la réalité et à l'histoire de chacun.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !