mercredi 16 janvier 2019

Créatures d'un jour

Qui m'a dit qu'il fallait lire Irvin Yalom ? Que ça me plairait ? Impossible de m'en souvenir et bizarre que l'on ait pensé cela car si j'ai lu ce livre sans déplaisir particulier, ce n'était pas non plus inoubliable, loin de là. 

On y découvre à travers une dizaine de récits des patients que le psychothérapeute a rencontré. Des patients de quelques séances comme des patients de toute une vie. Chaque situation est une courte histoire. Et la question de l'âge ou de la mort n'est pas très loin car ces questions interpellent l'auteur vieillissant. Et ce qui fait le lien entre tous, c'est le thérapeute, sa relation aux autres, ses questions, sur les rêves notamment, et sa manière d'accompagner. C'est finalement un portrait en creux de l'auteur. 

Rien de fou, rien qui m'ait donné envie de lire autre chose de lui. A moins que vous ayez réellement un bon titre à recommander.

lundi 14 janvier 2019

Le chevalier de Maison-Rouge

Quoi de tel qu'un petit Dumas pour relancer une lectrice essoufflée ? Certes, c'est loin d'être son meilleur, les personnages principaux sont agaçants et l'intrigue pas trop compliquée mais c'est plutôt agréable et reposant. Et pourtant, quelle époque ! Nous sommes en 1793, la Révolution bat son plein et le rasoir national est bien opérationnel. Louis XVI l'a testé et Marie-Antoinette est emprisonnée au Temple. 

Maurice, jeune officier, enfant de la Révolution, raccompagne une jeune femme qui n'a pas sa carte de civisme. Il tombe amoureux de la jolie Geneviève. Et bascule sans le comprendre dans un nid de contre-révolutionnaires qui n'ont qu'un but : faire évader la veuve Capet. Notre roman oscillera donc entre les sentiments des jeunes gens et les tentatives d'évasion de la reine dans l'entourage de Geneviève - composé notamment du fameux chevalier de Maison-Rouge. Nos deux amoureux sont un peu lents, Maurice est aveuglé par la passion, bref, le lecteur a envie de le secouer un peu. Heureusement, il y a le meilleur ami, Lorin qui fait des vers comme il respire. L'ami enjoué, fidèle, qui détend l'atmosphère ! Et il y a justement cette ambiance bizarre de fin du monde, de mort à tous les coins de rue.

Bien entendu, tout cela termine mal, à la fois pour Marie-Antoinette, pour son chevalier servant comme pour nos héros mais c'est une époque sanglante, qui ne pardonne que l'amour tienne lieu de patriotisme.


mercredi 9 janvier 2019

Quelques sorties hivernales

Voilà un bout de temps que je ne vous ai pas parlé des sorties musées et ciné, faute de temps plus que d'absence de découvertes ! Je vous parlerai ici d'expos, de films et de spectacles.

Comédies musicales à la Philharmonie

La comédie musicale est un divertissement que l'on apprécie, l'expo était en tête de liste de nos sorties hivernales. Et nous n'avons pas été déçus par le riche contenu visuel proposé. 
Après une introduction autour de Singing in the rain, on découvre l'histoire et la chronologie interactive des comédies musicales - au cinéma. C'est une partie assez essentielle, que je vous conseille de ne pas sauter avant d'entrer dans la salle principale et de vous faire happer par tous les contenus, à la fois sur des thèmes spécifiques : la danse, les stars, les effets visuels, tel ou tel artiste, les costumes, les effets spéciaux etc. 
C'est une expo riche, avec énormément de contenu vidéo à voir (on y a passé plus de 3 heures) quand on aime rentrer dans les détails - comme ce qu'est la comédie musicale au Japon, pas très éblouissante. On a toutefois regretté qu'il ne soit pas du tout question de Broadway et que l'expo se cantonne au ciné. J'imagine que ça prenait des proportions ingérables.

ON AIR au Palais de Tokyo

Carte blanche à Tomas Saraceno, cette exposition présentait les oeuvres de l'artiste argentin dans tout le musée. L'idée principale en était les interactions entre tous et tout, de l'infiniment petit à l'infiniment grand, des araignées aux étoiles. On découvrait d'abord des toiles d'araignées, puis des sons, transmis par les vibrations, des voyages en ballons, le tout dans un langage scientifico-poétique abscons et répétitif. Mais c'est esthétique, et - à voir l'attente devant le musée - ça marche plutôt bien. Par contre, c'est fini.

 

Un rêve d'Italie, la collection du marquis Campana

Tous ceux qui ont étudié la céramique grecque connaissent le nom du fameux collectionneur et sa ruine. Son énorme collection, partagée entre le Louvre et l'Ermitage, est exposée en partie par le musée du Louvre. C'est intéressant à la fois pour la démarche car le collectionneur avait un système spécifique de classement et d'exposition dans ses différents palais, et pour les objets eux-mêmes, souvent de qualité - mais dont pas mal d'attributions ont été revues. C'était aussi une tentative d'embrasser tout l'art italien, en accord avec les convictions politiques du marquis et avant que l'Italie ne s'unifie. 
Pour ce qui est des objets exposés, beaucoup proviennent des collections du Louvre ou de musées français (car les pièces ont été réparties) et j'ai regretté de ne pas croiser plus de céramiques - je retournerai dans la galerie Campana pour cela - même s'il y en a déjà trop pour certains visiteurs. Et j'ai apprécié toutes les questions autour des restaurations et de l'authenticité, qui reste un débat bien actuel. Côté majoliques et peintures - sauf les oeuvres médiévales, c'était moins ma tasse de thé. Une expo intéressante sur les ambitions d'une collection et d'un collectionneur exceptionnel.

Bohemian Rapsody

Comme beaucoup, on a beaucoup aimé ce film, plus pour la musique que pour la vie de Freddie Mercury. On y découvre la vie du chanteur, les créations et coups de génie de Queen, le succès... Et aussi la solitude de Freddie. Rien de bien fou dans ce film, c'est linéaire, assez plat, mais sauvé par la musique du groupe - ah le moment de la création de Bohemian Rapsody...

Capharnaum

C'est Zain que l'on suit dans ce film de Nadine Labaki. Zain est un petit garçon, dans une famille nombreuse de Beyrouth qui peine à joindre les deux bouts. Il ne va pas à l'école mais travaille. Suite au mariage de sa soeur, il fuit et rencontre des clandestins et une vie tout aussi complexe que la sienne. Sale, dur mais pourtant tendre, ce film n'a pas réussi à me toucher et m'a semblé un peu long. On pleurait à côté de moi, sans que je comprenne pourquoi. 

Asterix et le secret de la potion magique

C'est divertissant et drôle, mais pas indispensable à voir au ciné. Panoramix se met en quête d'un successeur mais peu seraient capable de remplacer le druide de la fameuse potion magique.

Gus l'illusioniste

Il est drôle et super fort pour nous illusionner. Ce magicien joue avec les cartes et manie l'humour - un peu moins bien la caméra - avec les spectateurs qu'il invite sur scène. Avec plein de jolies références à Love actually, Gus nous fait passer un très beau moment entre rire et émerveillement.

Au-delà des murs

Spectacle chanté et dansé sur l'exil, nourri de témoignages de migrants et d'associations, il mettait un peu d'espoir en l'humanité malgré un accueil qui se durcit.

lundi 7 janvier 2019

L'été des noyés

Ce roman de Burnside est sur ma LAL depuis des années, depuis un billet qui m’intrigua suffisamment pour que je note le titre et l'auteur. Impossible de retrouver qui avait été enthousiasmé par ce livre, en repartant sur divers blogs, je ne lis qu'ennui et longueurs - ce que je n'ai pas du tout ressenti à la lecture. Certes, c'est un roman d'atmosphère, où le temps ralentit, où l'on ne sait plus bien, avec le soleil de minuit du grand nord si c'est le jour ou la nuit, où l'héroïne, à cheval entre réalité et imagination, entre souvenirs et inventions nous conduit sur des pistes incertaines.

C'est un roman de peu d'action, le lecteur sait tout ce qui compte depuis début : cet été-là, des hommes ont disparu, deux se sont noyés, deux autres se sont évaporés, le père de Liv est mort. Et il est question de légendes, de réalité qui n'est pas ce qu'elle semble être. C'est le comment et le pourquoi qui intéressent le lecteur. Même si l'on se doute qu'ils ne seront jamais très clairs car la narratrice de 18 ans manie toujours l'hésitation, le demi mot, les impressions et pressentiments comme quelques lignes fantomatiques sur une feuille d'aquarelle.


Liv vit à Kvaloya avec sa mère, artiste peintre reconnue, dans un jolie maison isolée. C'est l'été, Liv n'a rien à faire qu'à trouver sa voie, après avoir terminé le lycée. Elle n'a pas d'amis, pas de passion. Elle observe les autres. Elle vit dans l'ombre d'une mère parfaite, qui maîtrise et plie son environnement à ses envies. Entre elles, peu d'échanges, elles cohabitent poliment, sans se parler, en taisant ce qui pourrait compter, couvrant tout de silence ou d'indifférence. 

Parmi les distractions de Liv, il y a Kyrre, un voisin paternel et bricoleur, qui aime les légendes et loue une cabane chaque été. Et le locataire peut être une distraction aussi, à espionner. Mais cet été, c'est un peu différent : il y a ces frères disparus, noyés, compagnons de classe de Liv ; Maia, une jeune femme étrange ; Martin, un locataire aux goûts malsains ; des lettres d'une femme à propos d'un père ignoré ; des événements à la lisère du regard, que Liv ne peut saisir et qui l'emplissent de terreur. 

J'ai aimé ce roman étrange, sans histoire, à l'héroïne bizarre, ne cessant de commenter, avec le recul de ses 28 ans, les événements de ses 18 ans. C'est peut-être un jeu facile dans l'écriture que de maintenir l'attention des lecteurs avec ces artifices : "Ce qui me frappa comme un pressentiment, ce fut l'impression qu'il allait lui arriver quelque chose de grave et qu'au fond de lui-même, il le savait déjà" ou "Je me rappelle m'être dit que si Martin Crosbie était de ces gens qui n'aiment pas se retrouver seuls, il avait fait une grosse erreur en venant à Kvaloya - ce qui prouve à quel point j'étais naïve". Mais ça m'a bien plu. Et j'ai trouvé les images poétiques, qu'il s'agisse de la nature et des sternes très présentes, des tableaux de l'artiste, des objets, des légendes. J'aime cette ambiguïté du monde, où la réalité garde un peu de mystère, pendant cet été incertain et argenté.

"Dans la maison de Kyrre, il y avait des ombres dans les plis de toutes les couvertures, des frémissements imperceptibles dans le moindre verre d’eau ou bol de crème posé sur une table, d’infimes poches d’apocalypse dans l’étoffe de la réalité, prêtes à crever et à se répandre sur nous, de même que le premier souffle d’une tempête fond sur le rameur en haute mer. Dans la maison de Kyrre, il y avait des souvenirs d’événements réels, d’écolières et de garçons de ferme morts de longue date, sortis de chez eux aux premières lueurs du jour, cinquante ans plus tôt, et revenus dérangés – dérangés à tout jamais -, effleurés par une chose innommable, un battement d’ailes ou un courant d’air dans la tête, là où la pensée aurait dû se tenir. Kyrre croyait à toutes ces choses, mais ça n'avait aucun rapport avec les monstres et les fées... et aujourd'hui, à cause de ce que j'ai et ne puis expliquer, je m'aperçois que j'y crois aussi"

"Car si les histoires de Kyrre avaient un point commun, c'était celui-ci : peu importe la forme que nous lui donnons, ou la minutie avec laquelle il est conçu, l'ordre est une illusion et, en fin de compte, quelque chose surgira du vacarme et des ombres de l'arrière-plan et bouleversera tout ce en quoi nous sommes si décidés à croire. En tout cas, c'est ainsi que ça se passe dans les histoires - dans la vraie vie, la chose est toujours là, dissimulée en pleine vue, attendant de s'épanouir. Une tournure de phrase, une erreur, un souhait non exprimé - il n'en faut pas beaucoup pour ouvrir les vannes et laisser affluer le chaos"

"Pas d'avenir, rien que le présent et ce que je choisissais de me rappeler du passé. Car se rappeler est un choix, lorsque c'est bien fait, et personne ne peut nous contraindre à nous rappeler ce que nous choisissons de chasser de notre esprit"

"C'était ce qui me plaisait dans ces livres, je crois : le temps n'y avait pas cours"

"Ils vieillissaient à mesure qu'elle les utilisait : vêtements, livres, bijoux, jusqu'à ses pinceaux et tubes de peinture qui prenaient une patine ombreuse, couleur de paille, comme des objets oubliés au soleil. C'était l'un des miracles mineurs qui se produisaient autour d'elle, miracles que personne ne vit jamais sauf moi. Elle m'emprunter un chemisier pour la journée et me le rendait changé, l'étoffe imprégnée de cette fameuse pellicule d'or et de temps"

jeudi 3 janvier 2019

Le Grand Coeur

Connaissez-vous Jacques Coeur, bourgeois, voyageur, Argentier et ami de Charles VII ? Peut-être avez-vous visité son joli palais à Bourges ? Pour ma part, c'est d'abord comme ça que j'ai entendu parler de lui, avant de découvrir ce roman de Rufin. 

Hotel Jacques Coeur, Bourges

Nous suivons toute l'histoire du ministre sous sa plume, alors qu'il est dans l'île de Chios, poursuivi par des personnes qui en veulent à sa vie. Cloitré dans une maison, il revient sur chaque étape. 
Fils de fourreur, il grandit avec les autres enfants de Bourges dans une atmosphère paisible malgré la guerre qui fait rage et c'est vite l'occasion pour lui de montrer son intelligence. Il remarque également la perte de pouvoir de la noblesse. 
Et puis Jacques se marie, se lance dans la monnaie, et se retrouve en prison. A sa sortie, départ pour l'Orient et naissance d'un plan de commerce international ! Dans une France encore ravagée par la guerre, il souhaite commercialiser des produits de tout l'Orient, de Flandres et d'ailleurs grâce à des comptoirs et des associés travailleurs. Mais au-delà, il souhaite se mettre sous la protection du roi et utiliser ses biens pour relever la couronne. Responsable à nouveau des monnaies puis grand argentier, Jacques fait pousser l'argent ! Des trésors passent entre ses mais, il est bien en Cour malgré une méfiance envers Charles VII. Conseiller du roi, ami des papes, il ne peut manquer sa jolie maîtresse, Agnès Sorel, dont il devient très proche. Et c'est un peu le début de la fin. Jalousé, créancier de tous, il est délaissé par le roi et doit fuir...


Une vie bien remplie, non ? Et surtout bien contée par Rufin, qui en fait un aventurier, un homme libre, qui croit en ses intuitions, ambitieux pour lui mais surtout pour les siens et son Royaume. L'auteur nous confie qu'il y a beaucoup de lui dans ce livre. C'est possible. Il a surtout mis un caractère sur un personnage historique un peu austère à première vue, millionnaire de son temps, homme de pouvoir et de rêves.