mercredi 31 décembre 2008

Coeur volé


Merci encore à Babelio et au livre de poche pour cet envoi. Ce polar de Lauren Kelly (alias Joyce Carol Oates) ne m'a pas transportée en tant qu'enquête mais j'en ai trouvé l'ambiance très angoissante et accrochante.
Lilac a disparu. Petite fille noire dans une école blanche, on sent encore le poids des préjugés racistes dans cette Amérique des années 80. Merilee était dans sa classe. Jamais elles n'ont été amies et pourtant le traumatisme de Merilee reste vivace.
Dans un récit à deux temps, cohabitent la Merilee trentenaire et la Merilee petite fille. La plus âgée tient compagnie à son père, sur son lit d'hôpital. Son père si fort, maire de la ville, grand voyageur, est mourant. La plus jeune vit avec une mère étrange, hyperactive, accro aux médocs, et un père qu'elle attend tardivement pour lui montrer ses devoirs. C'est une petite fille gentille, qui veut être aimée de tous. Avec la mort de son père et la compassion de l'oncle Jedah, Merilee s'embarque sur des sentiers troubles. Pédophilie et alcool au rendez-vous.
Un polar qui ne m'a retenue qu'à la moitié du livre, la première partie m'ayant pesé par sa lenteur. Bref, à retenir plus pour l'aspect malsain que pour l'intrigue... car la fin ne laisse aucune surprise.

mardi 30 décembre 2008

A moi pour toujours


Ce roman de Laura Kasischke m'a été envoyé par le livre de poche. 

C'est Ys qui m'a donné envie de le remonter sur ma PAL. Et j'ai profité des vacances pour le dévorer. Je vous préviens, c'est un livre qu'on ne peut lâcher avant la fin.

Sherry Seymour est professeur dans une petite université. Quarantaine éclatante de santé et de beauté, elle vient de laisser son fils partir en Californie pour les études, son père est en maison de retraite et sa vie sexuelle avec son mari est à nouveau active. Surtout depuis qu'elle a reçu un petit mot d'un admirateur dans son casier. Du petit mot, cela devient une puis plusieurs lettres. L'excitation de l'époux augmente. Il demande à sa femme de prendre un amant. En même temps, son fils Chad devient plus distant alors qu'un de ses anciens amis, Garrett, prend une nouvelle place dans la vie de Sherry. Son amie Sue semble la battre froid. En arrière plan, les animaux sauvages offrent un curieux spectacle : vautour fondant sur leur proie, biche morte et pourrissante...

Un roman introspectif prenant, dans lequel on regrette la place omniprésente du sexe, assez malsaine, mais en même temps cœur du roman et des interrogations de Sherry. Et un suspense haletant jusqu'aux derniers paragraphes !

lundi 29 décembre 2008

Dessiner le monde : Histoires de géographie


Tout d'abord, merci à Babelio et aux éditions Librairie La Martinière pour l'envoi de ce magnifique livre de Caroline et Martine Laffon. Car lorsque l'on lit ce type d'ouvrages, il n'est pas secondaire d'évoquer la beauté de l'objet : les cartes reproduites sont souvent des œuvres d'art à proprement parler. Leurs couleurs, les personnages qui l'accompagnent sont recherchés et porteurs de sens, la carte est un objet royal donc prestigieux et luxueux. Et ça se voit dans ces très belles illustrations.
Quant au texte lui même, il est à la fois informatif et théorique : la carte comme exploration du monde, comme faire valoir d'un monarque, comme guide de routes commerciales, comme support de stratégies militaires, comme plan de village ou comme planisphère. La carte est reflet d'une géographie plus rêvée et déformée par celui qui la commande que d'une géographie réelle. Elle est aussi biais par lequel on vend un territoire à des colons en facilitant les accès, par lequel on efface les intrus et les minorités (sujet brûlant n'est-ce pas ?), ou par lequel on agrandit son territoire. Sans compter que la carte est aussi truchement pour les mathématiques, les mythes et des idées. Cartes du ciel ou de la terre, ces images sont aussi religieuses ou philosophiques.
Et l'on n'en reste pas aux cartes anciennes, les plus modernes sont également présentées avec les photos satellites comme dernier avatar. Bref, un panorama très agréable avec un texte qui explicite de jolies images sans trop s'imposer de notre monde. Bel objet à offrir !

dimanche 28 décembre 2008

L'église des pas perdus


Merci au livre de poche pour cet envoi du roman de Rosamund Haden.
J'ai beaucoup aimé l'histoire de ces deux amies en Afrique du Sud. Une noire, Maria, et une blanche, Katie. Je m'attendais à un roman sur l'apartheid. Heureusement, ce n'est pas vraiment le cas, l'aspect politique et social des relations entre les races se perçoit dans des détails mais n'est pas au coeur du roman.
C'est plutôt une histoire d'amitié ici.
Les deux fillettes se sont liées enfants et se retrouvent adultes. Leurs liens sont différents mais toujours forts. Maria est restée dans la maison, servant les différents gérants depuis que le père de Katie a abandonné sa famille, laquelle est retournée en Angleterre. Bref, c'est la séparation pour les inséparables.
Le petit monde des expatriés est mis sur la sellette : ragots, hypocrisie et adultère sont monnaie courante.
A la mort de son père Katie veut retrouver sa maison. Elle repart en Afrique et y découvre un nouveau propriétaire, Mr Fyncham avec qui elle se lie. Mais l'ombre de Mme Fyncham tend ses relations avec le beau Tom (aviateur sexy). De plus, elle tente de découvrir si son père est vraiment mort et qui est ce charmant Tom. Et le contact avec Maria n'est pas des plus simples à renouer. Et le jeune Hendrick ajoute ses sentiments pour Katie à cette histoire.
Ce qui est agréable, c'est le mélange des voix et des temps ! Retour à l'enfance, mystères distillés (à qui appartiennent les ossements du premier chapitre ?), les ingrédients de ce roman sont subtilement distribués. Un roman que je recommande !

samedi 27 décembre 2008

Nouvelles exemplaires


Je devais lire Cervantès depuis des mois, voire des années. Don Quichotte trône (et traine) dans ma bibliothèque. Je pensais que les nouvelles seraient un bon prélude à cette lecture, hélas, je les ai échelonnées sur plusieurs mois (dans mon édition, elles font 500 pages). Il est souvent question de voleurs d'enfants, de retrouvailles, d'amours comblés mais conquis de haute lutte etc.

Voici un panorama : La petite gitane est visiblement adorée de tous malgré ses origines. Mystère derrière cette naissance car les filles dotées ne peuvent appartenir à une telle communauté.
L'amant généreux est une histoire de belle enlevée par les turcs, d'amants prenant la mer pour la retrouver et prêts à tous les sacrifices pour se faire adorer.
Rinconete et Cortadillo font métier de voleurs et rencontrent des personnages fascinants dans la pègre de Séville. Nouvelle de l'espagnole anglaise : La jolie Isabel de Cadix est enlevée à ses parents par un anglais. Celui ci l'élève avec son propre fils qui en tombe éperdument amoureux. Pour devenir son époux, la reine d'Angleterre lui confie de périlleuses missions.
Le licencié de verre est un jeune homme devenu fou, qui se croit de verre. Il gagne bien mieux sa vie ainsi qu'en étudiant le droit...
La force du sang : le noble Rodolfo viole la belle Leocandia. Un enfant nait de leur union sans que le père ne s'en doute. Ruse pour faire reconnaitre la mère et l'enfant.
Nouvelle du jaloux d'Estrémadure. En trois actes. Comment un vieillard enferme sa jeune et chaste épouse pour la protéger des galants. Comment les galants intriguent pour corrompre les femmes. Comment la chasteté triomphe.
L'illustre laveuse de vaisselle a une réputation de beauté telle que deux écoliers abandonnent leurs études pour se mettre au service de l'aubergiste qui l'emploie.
Les deux jeunes filles sont trompées et abandonnées par le même homme. Elles décident de le retrouver et de s'en faire épouser.
Madame Cornélia est aimée du duc de Ferrare et en conçoit un enfant. Son frère, Lorenzo, veut la tuer. Deux gentilshommes espagnols se trouvent mêlés à cette histoire pour le plus grand bien de tous.
Le mariage trompeur : un porte enseigne se fait mener en bateau par une donzelle mais lui rend la pareille. Puis écrit un "colloque des chiens" où deux animaux se racontent leurs aventures, doués pour une nuit de la parole.
Ensemble assez important, ces nouvelles sont plaisantes, l'humour est présent et les fins sont toujours positives ! A ne pas lire en une fois sous peine de redondances, toutes ces histoires sont très proches.

vendredi 26 décembre 2008

Celtes et scandinaves



Encore une belle affiche pour une exposition pas terrible : deux salles et 50 objets à tout casser. Une dizaine de panneaux explicatifs. Franchement, c'est un peu léger, surtout pour le prix d'entrée !
Que voit-on ? De jolis manuscrits certes. Les bibles irlandaises sont charmantes. Des croix, puisque le propos s'inquiète beaucoup de la christianisation de ces provinces, de l'Angleterre au Groeland en passant par le Danemark. On remarque aussi quelques pièces d'orfèvrerie. Mais le tout semble encore bien peu pertinent du point de vue des explications. Que veut-on montrer ici ? Pourquoi ce choix ? Mystère et boule de gomme.

jeudi 25 décembre 2008

Grease


Joyeux Noël à tous ! J'espère que vous n'avez pas offert ou reçu ce spectacle à Noël, vous risqueriez d'être déçu...

En ce moment se joue Grease au théâtre Comédia. Avec Lydie et mon chéri, c'était notre destination d'une soirée. Pour ceux qui n'auraient pas admiré Travolta dans le film du même nom, il s'agit de Danny et Sandy, amoureux d'un été qui se retrouvent dans le même lycée. Là, Danny joue les durs et refuse d'accorder un regard à sa belle.
La version mise en scène à Paris est assez sympathique : Rizzo est particulièrement chouette. Mais il y a un problème majeur : c'est en français. Non seulement les dialogues, mais aussi certaines chansons. Et ça passe assez mal ! Du coup, j'ai eu des difficultés à apprécier le premier acte. Le second était moins gênant mais bon... c'est quand même un gros point noir pour moi. Sinon les performances chantées et dansées était tout à fait chouettes. Mais ce Danny ne détrônait pas Travolta !

mercredi 24 décembre 2008

Joyeux Noël !

Rome, l'enfer


Je continue ma lecture de Malika Ferdjoukh
Cette fois, c'est Henri le héros. Jeune garçon de 14 ans cloué au lit par une grosse angine, il découvre une photo de femme dans la poche de son père. Ses parents, ou plutot son père et sa belle mère, sont sortis au théâtre. Henri décide alors de trouver cette femme qu'il pense être sa mère. Une signature, un nom dans un répertoire, une station de métro, Rome, lui suffit pour oublier sa maladie. 

Plantant là son frère et la jeune fille au pair, il s'aventure dans le métro parisien. Il rencontre Walco, Angela avec qui il découvre Bastille et ses coins louches. Puis la rue Saint-Denis et ses vitrines à rideaux et néons bleus. Les toits de Paris. Les dettes, la drogue et la prostitution. En même temps, les souvenirs de l'été, d'Alice, ressurgissent. 

Une histoire triste, terrible, d'un jeune adolescent mal dans sa peau. Bien moins positif que les cinq soeurs !

mardi 23 décembre 2008

L'incendiaire de Highgate


J'ai quelques Anne Perry dans ma PAL. Mais je crois que c'est l'un des premiers que je lis. Ambiance victorienne oblige ! Je crois que c'est Gachucha qui me l'avait envoyé lors du swap noir c'est noir.

Il s'agit d'un des épisodes de la série des Pitt. Lui est policier. Elle le seconde dans ses enquêtes. Ici c'est d'incendies criminels dans la haute société de Highgate qu'il est question. Clemency Shaw et Amos Lindsay meurent brûlés vifs dans ces incendies. Sont-ils directement visés ou est-ce le docteur Shaw qui devait périr ? L'inspecteur Pitt et l'agent Murdo se lancent dans les interrogatoires de la haute société victorienne. Charlotte et sa soeur mènent une enquête parallèle sur la personnalité de Clémency et découvrent son engagement dans des œuvres de charité. Elles fouillent les bas fonds londoniens tandis que Jack l'éventreur sévit.

Que dire ? L'assassinat arrive très vite. Par contre l'enquête tarde un peu à décoller. Les Pitt s'engagent dans des voies bourbeuses et s'y traînent. J'ai eu l'impression que le crime est parfois plus un prétexte à des descriptions de tea time et de rencontres dans la "haute" qu'autre chose Le fin mot de l'histoire est révélé à la dernière page, par un coup de théâtre et non grâce à l'esprit de l'enquêteur. L'ensemble m'a laissée perplexe et déçue. Selon un connaisseur, François pour ne pas le nommer, les premiers de la série sont plus intéressants et mieux menés. Je verrai si je retente.

dimanche 21 décembre 2008

Raymonda


Le ballet de l'hiver m'était inconnu jusqu'à jeudi. Je ne connaissais ni le titre ni l'histoire, encore moins la musique ou les chorégraphies. C'était donc totalement vierge de préjugés que je me rendais à Garnier. Eh bien, j'ai beaucoup apprécié.
L'histoire est simple : Raymonda se fait enlever par un maure et sauver par son prince. Autour de ce noyau, on danse, on rêve, on se réjouit.
Ce ballet est féérique, par le décor, les costumes, l'exotisme des maures (danse, costume, gestes). D'ailleurs le danseur qui incarne le grand méchant maure était tout à fait épatant ! Superbes aussi les compagnons de Raymonda. Quant à la princesse, rien à dire, elle est au top. Par contre, le corps de ballet avait un forte propension à ne pas être ensemble et plus d'une fois, des équilibres très instables laissent songeur... ce n'est pas la première, loin de là, et ce n'est toujours pas rodé.

samedi 20 décembre 2008

Très victorien...

Merci mille fois à Lilly pour ses folies ! Ce swap est vraiment un délice !

Voici ce que m'a apporté le facteur, la veille du dernier club des théières. Lilly a été inspirée car sa rapidité m'a permis, entre autres, de ne pas passer pour un cancre. Je n'avais alors toujours pas trouvé de livre sur Noël (Pal de Paris oblige (oui, j'ai une Pal à Paris, avec mes bouquins de cours et quelques romans et une Pal chez mes parents qui effraye tout visiteur de ma chambre)).


Bien entendu, je me suis empressée d'ouvrir. Admirez au passage les jolis papiers... l'atmosphère de Noël se diffuse.

Coté livres :
Soit, Féval Les mystères de Londres, Dickens Un chant de Noël, Le journal de Victoria. Que dire sinon que Lilly a tout à fait répondu à mes attentes ! Le Féval me tente tout particulièrement, c'est mon coté Cape et Epée ;) rien à voir, je sais mais c'est le bossu qui fait tilt quand on me dit Féval. Et pour le Dickens, j'ai vérifié, j'en ai effectivement une version cartonnée, héritée de mes parents...
Coté gourmandises et Noël :
C'est à dire : un chocolat très âgé et pile poil de la bonne époque :) ainsi que des papas Noël. Autant vous dire qu'ils sont bel et bien morts, dévorés par une gourmande.
Un superbe et oh combien victorian carnet. Une bougie de Noël. Un thé de Noël qui me réjouit les papilles ainsi qu'un afternoon english tea (fini aussi, paix à son âme).
Petite vision globale :
Que dire sinon mille mercis à Lilly pour ces jolis cadeaux. Admirez la jolie carte des soeurs Bronte au passage :)
Merci également à nos deux organisatrices de génie : Cryssilda et Lou ! Superbe idée pour super swap ! Et dire qu'après tout ça, le père Noël va passer... C'est trop ! :) Happy victorian swap à tous !

Quant à moi, j'ai pris beaucoup de plaisir à gâter Laetitia la liseuse !

vendredi 19 décembre 2008

Geneviève


Quatrième et dernière saison pour les cinq sœurs. Enid racontait l'automne, Hortense l'hiver, Bettina le printemps, et maintenant Geneviève est au centre de l'été. Elle vend des glaces sur la plage et croise le chemin du mystérieux et sexy Vigo (nom prédestiné ?). Sa grande sœur, Charlie, dépérit et se saoule de travail pendant que les plus jeunes profitent des vacances.

Bettina est avec ses inséparables copines chez la cousine Bethsabée. Joies de la campagne et rencontre d'un apprivoiseur d'animaux divers, aux poches toujours ouvertes à un poussin abandonné ou à un chaton en mal de caresses, Augustin.

Hortense et Enid sont parties à Paris chez leurs cousins. Elles découvrent la promiscuité parisienne. Désirée et Harry les promènent de passages en passages, sans s'apercevoir que leur maman a disparu.

Dernier tome tout aussi palpitant et entraînant que les autres, peut être plus poignant également. Ces quatre sœurs permettent de voir la jeune fille qui grandit, ses premiers amis, amours, ses relations familiales, avec beaucoup de justesse et d'humour. Une famille foldingue créée par M. Ferdjoukh que j'ai beaucoup de mal à quitter.

Et voilà, la série se lit dans cet ordre :
Enid
Hortense
Bettina
Geneviève

jeudi 18 décembre 2008

Bettina


Cette peste amusante quand elle n'est pas méchante est bizarrement moins au centre de l'intrigue que dans le tome précédent. Malika Ferdjoukh continue à m’entraîner dans les histoires de cette famille.

Charlie a décidé de trouver un locataire pour arrondir les fins de mois. Tancrède débarque dans la petite famille et fait battre les coeurs. Pour mieux les briser ?

En outre, les cousins, Harry et Désirée, descendent de Paris pour venir faire le plein d'iode et de bestioles : cafard, crabe, rat, vers... le choix est large. Sans compter l'apparition perpétuelle de poireaux dans les lieux les plus incongrus. La maison est plus dérangée que jamais !

What else ? Bettina est toujours en proie à ses soucis avec Merlin, Hortense garde le contact avec Muguette, hospitalisée, Geneviève... est vraiment la spécialiste du cake aux noix et Enid présente ses animaux amis à ses cousins... On sent que la jeune fille concernée est plus âgée, le propos mûrit et devient plus sérieux, mais aussi plus triste.

Pour lire toute la série...

mercredi 17 décembre 2008

Hortense


C'est l'hiver. Malika Ferdjoukh nous en dit un peu plus sur les adolescentes de la famille, Hortense et Bettina. Hortense a le trac, tout le temps. Alors elle s'inscrit à un cours de théâtre... avec l'aide de Muguette, adorable amie très malade, dont la tante est un phénomène de foire.

Quant à Bettina, elle a un admirateur sangsue ! Le genre "je décolle pas alors que je me fais chasser comme un malpropre". Le pauvre Merlin, c'est son nom, en voit de toutes les couleurs. Hélas pour Bettina, le retour du bâton arrive plus vite que prévu.

Quoi d'autre ? Charlie tente de fêter Noël dignement. Geneviève continue la boxe. Enid se trouve toujours plein d'amis, entre les chats Ingrid et Rodrigue, le gnome de la chasse d'eau ou Swift la chauve souris. Et puis, Tante Lucrèce, tutrice des demoiselles, continue à terroriser la maisonnée avec ses arrivées surprises.

La tétralogie se lit dans cet ordre :

mardi 16 décembre 2008

Enid


Merci à toi, Chiffonnette ! Oui, merci mille fois ! J'ai passé un moment de lecture très plaisant dans une fratrie folle mais attachante grâce à toi ! La semaine dernière, lors du club des théières, Chiffonnette a évoqué cette série de Malika Ferdjoukh. Je savais que ma soeur l'avait dans sa bibliothèque. Ce week end, j'ai commencé...

Maison Vill'Hervé, cinq soeurs Verdelaine tentent de cohabiter depuis la mort de leurs parents. Il y a l’aînée, Charlie, qui travaille dans un labo et tente de subvenir aux besoins de ses sœurs, secondée par Basile, son amoureux ; Geneviève qui fait de la boxe ; Bettina qui lit des magasines et passe des heures dans la salle de bain ; Hortense qui lit et écrit son journal ; et Enid, la petite dernière !

Enid nous introduit dans une maison pleine de vie et de joie, malgré le deuil. Il faut dire que ça se chamaille et que ça s'adore là dedans. Entre problèmes et catastrophes comme chaudière qui refuse de fonctionner, arbre déraciné, chauve souris disparue et fantôme chanteur, on sourit beaucoup. Et puis, Colombe vient passer les vacances à la Vill'Hervé ce qui ajoute en péripéties.

Embarquée par cette folle smala, je n'ai eu qu'une envie, poursuivre !

Dans l'ordre, ça fait :

lundi 15 décembre 2008

Ma grand mère avait les mêmes


Sous titré "les dessous affriolants des petites phrases", ce court opus de Delerm est composé de petits chapitres de deux à trois pages. Comme à son habitude, ce cher Philippe aime à jouer avec les mots, à observer d'un œil amusé et à prêter oreille attentive aux expressions de monsieur tout le monde.

J'ai replongé avec ces observations pleines de sens et d'ironie douce dans un monde proche de celui de la première gorgée de bière. L'auteur a cette force, cette faculté de retranscrire en mots des sensations, des odeurs ou des goûts. Ici, c'est plutôt tout ce qu'il y a derrière quelques mots, apparemment innocents, qui est mis en valeur. Situation de la vie courante, quotidien décortiqué, phrases toutes gentilles en soi, mais parfois assassines... Le décor est souvent celui d'une sortie entre amis, de dîners en famille, on sent les maisons cajoline et jeux de société. C'est feutré. C'est amusant.
Et pour rester dans le cliché des expressions : C'est tellement vrai !

dimanche 14 décembre 2008

Legend in green velvet


Décidément, je préfère la série des Ramsès et Peabody chez Peters.

Ici, elle campe une jeune archéologue américaine, Susan, charmante et intelligente mais incroyablement romantique. Amoureuse de l'Ecosse depuis son plus jeune âge, elle en connaît l'histoire sur le bout des doigts et rêve de rencontrer son Bonnie prince Charles (Charles Edouard Stuart, qui n'est pas si beau qu'elle veut nous le faire croire) et fantasme sur les amants de Marie Stuart... soit ! Elle trépigne donc de joie lorsqu'elle apprend qu'elle va fouiller aux cotés de Campbell, archéologue de renom dans le domaine de l'histoire picte. Hélas, un vieux fou, Tamma, lui remet un couplet en vers et est retrouvé mort peu après. La voilà bien malgré elle soupçonnée du crime et entraînée dans un grand cache-cache entre Edimbourg et les châteaux écossais, accompagnée d'un charmant garçon, James. Forcément, quand j'ai découvert à quoi ressemblait le Bonnie prince, j'ai un peu revu mon jugement sur James que je trouvais terriblement craquant avec son kilt. Hé oui mesdames, il y a de l'écossais dans ce livre, à n'en pas douter (et donc de l'anglais bizarre mais ça n'handicape nullement la lecture) ! Des kilts et des trésors pour celles qui hésitent encore ! Et de l'histoire revue et romancée par l'anecdote et le cliché parfois...

Ce que je reproche à ce livre ? Il ressemble parfois plus à une course poursuite qu'à une véritable enquête et les solutions sortent parfois du chapeau de l'auteur sans que la logique s'en mêle...

samedi 13 décembre 2008

Le voyage d'Anna Blume


Merci Virginie pour ce Paul Auster que je rêvais de découvrir !

Ce livre a été dévoré en quelques heures, on ne peut pas le lâcher avant la fin. Il s'agit d'une longue lettre écrite par Anna à l'un de ses proches, un "tu" dont on ignore tout si ce n'est qu'il vit dans un cadre bourgeois. Anna est partie à l'étranger pour retrouver son frère, journaliste, dont personne n'a plus de nouvelles. Elle découvre un pays en crise dont elle ne peut pas fuir. Cette lettre raconte son adaptation à ce monde en déconfiture.
Anna devient d'abord ramasseuse d'objets qui sont ensuite recyclés. Elle erre dans la ville à la recherche d'ordures utiles en veillant à conserver son chariot. Il s'agit de détrousser les nombreux cadavres, d'échapper aux voleurs et aux fanatiques plus ou moins suicidaires ou meurtriers. Un jour, son chemin croise celui d'Isabelle. Une nouvelle socialisation s'amorce pour la jeune fille qui ne faisait que se survivre. A mesure de rencontres et de ramassage d'objets, Anna nous dévoile un peu plus sur le "pays des choses dernières" (titre en VO) sans jamais donner de réponse à toutes les incertitudes que provoque cette lecture.

Ce qui est fascinant, c'est ce monde kafkaïen où rien n'a vraiment de sens, ni de début ni de fin. Les règles ne sont pas vraiment édictées, mais il faut les suivre. La ville ou le pays sont des labyrinthes où Anna perd son lecteur et se perd. Comment se fournit-on de la nourriture ? Qui produit ce qui se vend ? Pourquoi les conditions de vies se sont-elles tellement dégradées ? Comme tout semble avoir basculé rapidement... L'atmosphère est quasi apocalyptique. Et toutes les questions restent en suspens...
Un roman superbement mené, marquant, à lire !

mercredi 10 décembre 2008

The book of lost things


Vous avez déjà dû lire des billets élogieux chez Fashion, Karine et Emeraude. En voici un autre !

John Connolly signe avec ce livre un superbe roman. Ce qui en fait l'originalité, c'est l'abondance des contes et le détournement auquel ils sont soumis.

David est un jeune lecteur, il dévore particulièrement les recueils de contes quand il n'en fait pas la lecture à sa maman, mourante. Après sa mort, il reste seul avec son père, le début de la guerre, sa grande tristesse, ses évanouissements, un étrange bonhomme et ses livres qui parlent... Un nouveau point noir surgit à l'horizon : son père tombe amoureux de Rose qu'il épouse et avec qui il a un fils, Georgie. David et son père quittent alors Londres pour vivre chez Rose, dans une bâtisse campagnarde que jouxte une forêt. Là, la haine qu'éprouve David pour sa nouvelle famille ne fait que croître. Une nuit, il se réveille, attiré dans les bois par une voix qui lui rappelle étrangement sa mère.
Commence alors une aventure dans un monde cruel, où les cauchemars des humains deviennent réalité, où les contes n'ont pas de happy end. David va devoir affronter un univers complètement différent du sien, aidé par des amis dans ce qui n'est rien d'autre qu'un roman initiatique. Pour retrouver les siens, il se met en quête du roi, suivi de près par l'ombre inquiétante du crooked man. Au détour du chemin, il va lui falloir échapper aux Loups et aux femmes. Toutes les figures féminines sont ici perverties, pas de maternité, cruauté et égoïsme sont les caractéristiques de ces multiples images de Rose, cette belle mère qui ne peut être que méchante. Toutes les (jolies) princesses sont ici terrifiantes ! Seules les figures masculines apportent du réconfort mais également des inquiétudes à David.

Un superbe roman qui donne vie aux contes de notre enfance, ces histoires parfois cruelles (vous connaissez la "vraie" version de la belle au bois dormant, celle qui a une belle mère ? Moi je n'en dormais plus de la nuit....), toujours porteuses d'une morale ou d'un sens à décrypter. C'est en soi un nouveau conte qui nous est offert sous la plume de Connolly ! Et en plus, l'auteur explique certains choix, raconte différentes versions des contes qu'il recompose. Et c'est vraiment intéressant et complémentaire !
Un seul mot : Enjoy !

Joëlle, j'espère que tant d'avis conjoints ne te feront plus hésiter un seul instant à remonter ce livre sur le haut de la PAL :)

mardi 9 décembre 2008

Joséphine et l'antique


Pour la première fois ce week end, je me rendais à la Malmaison ! J'avais deux bonnes raisons : je voulais voir cette expo d'antiques et je souhaitais découvrir le petit domaine de Joséphine. C'est très sympa. Certes, il faut aimer le mobilier néoclassique, les décorations à l'antique et les influences gréco-romaines. La salle du conseil est particulièrement impressionnante, décorée comme une tente. Et certains tableaux valent le détour.
Quant à l'expo, les antiques présentés proviennent essentiellement du Louvre. Rien d'étonnant à cela, certes. Ce qui est intéressant, c'est le contexte de la constitution de cette collection : premières fouilles, premiers musées, premières recherches archéologiques. Par contre, ne vous attendez pas à une longue expo, elle fait 3-4 salles. Et les oeuvres et cartels sont peu éclairés ! De beaux objets mal mis en valeur, hélas, dans un espace contraignant.
N'hésitez pas à visiter ce petit château sympathique !

lundi 8 décembre 2008

Un chant de Noël


Dans mon colis victorien, oui je l'ai reçu, oui il est très beau, oui, ma swappeuse est adorable... mais non, je ne vous en dirai pas plus, revenez le 20 ;) ... dans mon colis disais-je, il y avait Dickens himself ! Et cela m'a sauvé d'une honte atroce au club des théières de dimanche : Le thème était Noël et je n'avais toujours rien lu sur le sujet. J'ai donc béni la clairvoyance de ma swappeuse, que je nommerai en temps utile, petits curieux !
L'histoire est celle de Scrooge, vieil avare au coeur de pierre. Le soir de Noël, il rentre chez lui, obsédé par son argent, son commis qui prend sa journée de Noël, ces paresseux qui ne travaillent pas etc. Bref, un vieil homme tout à fait odieux !
Or, un phénomène quelque peu hors du commun lui advient. Il rencontre le spectre de son associé, Marley, traînant derrière lui une chaîne avec tous les égoïsmes, les petitesses et les autres manques de charité. Il prévient Scrooge qu'il court droit au même destin ! Et que la chaîne, c'est pas très confortable. Toutefois, comme c'est Noël, il va avoir la chance unique de se racheter. Trois esprits vont lui apparaître. L'esprit des Noëls passés lui rappelle des moments plus ou moins heureux de son histoire, ce qui l'a rendu si peu altruiste. L'esprit du Noël du temps présent le promène à travers les fêtes de son commis et de son neveu, rayonnants de joies malgré leurs petits ou grands malheurs. Le Noël des temps futurs montre son cadavre pillé et son nom oublié. Après cela, vous vous doutez bien que le cher Scrooge va changer d'attitude !
Un petit conte de Noël, entre le rire et l'effroi.
Ce petit livre a l'allure d'un conte moralisateur, ce que je lui reproche. C'est très manichéen et l'on sent plus ou moins comment tout cela va se passer. Il n'y a pas de véritable surprise (mais je me demande si je ne l'ai pas lu petite, je vais fouiller dans mes cartons de livres enfants). Mais je compte bien découvrir d'autres Dickens, don't worry. Surtout que niveau Londres victorien, on s'y croirait !

dimanche 7 décembre 2008

Abildgaard


C'est le titre et le nom d'un peintre danois dont, j'avoue, je n'avais jamais entendu parler. Le Louvre lui ouvre sa chapelle pour exposer quelques oeuvres. Alors, qui est ce cher monsieur ?
Un peintre de la fin du XVIIIe, révolutionnaire mais longtemps au service du roi, néoclassique mais parfois esthétiquement assez proche de Blake ou Fussli. Ses premières oeuvres, assez académiques ne m'ont pas vraiment emballée. Le néoclassicisme et moi, ce n'est pas le grand amour mais why not ? En fait, une partie de l'expo montre que ses thèmes initialement mythologiques sont remplacés par des thèmes plus romantiques, inspiration Shakespearienne entre autres, partie qui m'a le plus plu. Mais sinon, rien de très fou... Et puis, je n'aime pas ses visages... c'est idiot mais ça gâche tout !
Bref, une toute petite expo, pas mal présentée, sur un peintre que je n'apprécie pas plus que ça.

samedi 6 décembre 2008

Guerre à Harvard


Voilà un petit livre de Nick McDonell que vous lirez en trente minutes. Le titre est un peu racoleur. La couverture parait classe. A l'intérieur ? Du vent ! Ou rien de bien fou.

Nick appartient à une jeunesse américaine dorée, cultivée. Il fait ses études à Harvard alors que s'engage la guerre contre l'Irak. De cette guerre, il parle très peu, on voit apparaitre en filigrane quelques événements, quelques images aux infos pendant que les étudiants courent sur leurs tapis, course à la minceur, course à la beauté. Finalement, que lit-on ? Que les étudiants d'une université prestigieuse passent leurs soirées à boire, se droguer, tirer sur des gobelets en cartons en citant des phrases historiques. Quoi d'autre ? des viols, de la bouffe, des couples qui se marient et se délitent, des jeunes qui s'engagent mais peu, et puis d'abord on ne sait pas combien, ça n'intéresse personne, des étudiants qui bossent... la chose la mieux partagée à Harvard est le manque de sommeil. On croise aussi le créateur de Facebook, on ne sait pas trop pourquoi. Introduire l'argent, les réseaux de gens de qualité ? Et les années défilent sans apporter grand chose. Des enseignements et connaissances, on ne sait rien ou peu. Ce qui compte ? aucune idée. C'est un monde de blasés. Des qualités ? Les chapitres courts, le ton et le style, froids, acerbes. Mais une critique, si elle existe, en négatif.

vendredi 5 décembre 2008

Rencontres à Elizabethtown


Etait dans mon colis sexy ! Merci Virginie de m'avoir permis de voir le charmant Orlando ! Pour une fois, il n'est ni elfe ni pirate mais aussi humain que vous et moi. Rassurant, non ?
L'histoire est assez simple. Drew est dessinateur de chaussures dans un gros groupe. Hélas, sa création est annoncée comme un fiasco. Il est bien entendu viré. Au même moment, son père décède à Elizabethtown, ville dont il est originaire. Drew doit se charger des détails pratiques que sa mère, bouleversée, est incapable de gérer. Dans l'avion, il rencontre Claire. Il retrouve ensuite sa famille pour laquelle il est un exilé californien... et discute longuement avec Claire, la mimi Kirsten Dunst.
Histoire de deuils, d'amour, de voyages et de nouvelles découvertes, ce film est assez léger, il fait rire, il fait sourire. Il m'a bien détendue en ces soirées moroses.

jeudi 4 décembre 2008

L'échange


Comme Elise j'ai eu envie de me changer les idées en allant voir le dernier film de Clint Eastwood. J'étais assez sceptique à cause d'Angélina qui ne m'avait pas laissé un souvenir extraordinaire dans Mr et Mrs Smith. Et bien c'est un énorme a priori. Après avoir vu ce film, on ne doute plus une seule seconde de son talent !
Le pitch : Dans les années 20 à Los Angeles. Chistine Collins travaille comme standardiste. Elle vit avec son jeune fils. Après une longue journée, elle revient dans une maison déserte. Où est passé Walter ? La police lui assure qu'il rentrera sous 24h. Hélas, ce n'est pas le cas. Commence alors une longue attente... Jusqu'à ce qu'on retrouve l'enfant. Christine se précipite à la gare sous bonne escorte. Hélas, ce n'est pas son fils qu'elle accueille. La mère peut-elle ne pas reconnaitre son petit ? La police a-t-elle vraiment fait son travail ? Les crimes dénoncés par le révérend (Malkovich, excellent) permettent d'en douter...
Un film très juste et prenant, qui me réconcilierait presque avec le cinéma :) Franchement, courrez le voir si ce n'est pas encore fait !

mercredi 3 décembre 2008

Le Pays sans Adultes


Chez les filles et les éditions Anne Carrière m'ont fait parvenir cet ouvrage d'Ondine Khayat. Merci ! Merci beaucoup ! J'avais peur d'être à nouveau déçue car la dernière fois que j'ai accepté une telle offre, cela avait été le cas. Eh bien, réjouissez vous, j'ai beaucoup aimé ce livre !

Slimane et Maxence sont deux frères très proches. Maxence est l'aîné. Il sait des tas de choses. Il a des rêves. Il rassure et guide son frère. Il faut dire que la vie n'est pas rose pour ces enfants. Ils vivent dans un HLM avec un père violent et alcoolique et une mère faible, incapable de quitter son mari. Le papa, c'est le "Démon". Quand il commence à taper, rien ne l'arrête. Mère et fils vivent dans la crainte permanente des coups, distribués sans raison. Pendant quelques temps, tout s'améliore, la famille correspond aux attentes de tout un chacun : le "démon" a trouvé un travail. Hélas, les coups ne tardent pas à s'abattre de nouveaux et la vie est pire après cette éclaircie... Maxence ne le supporte pas. Slimane n'arrive pas à pleurer.
Heureusement, il va croiser de nouveaux amis. Valentine, la jeune anorexique. Hugo, qui n'a plus de cheveux. Marguerite, une vieille sorcière sensible à la douceur des princesses. Toute une galerie de personnages attachants ensoleille le ciel de Slimane.

Que dire ? Ce livre est terriblement touchant. Les larmes et les sourires pointent le bout de leur nez, c'est un jeu avec nos émotions. Et ce qui mène la danse de ce ressenti, qui fait de ce sujet pas très drôle une petite merveille, c'est le style. Le narrateur est un enfant. Mais pas cette catégorie d'enfants agaçants ou surdoués qui semblent être des adultes déguisés ; Slimane est un enfant, ses rêves et ses mots sont imagés. Cela donne une poésie folle à cet ouvrage. Je m'enflamme ? Désolée mais les "anorexiques petits nuages" ça me plaît beaucoup, les ailes d'ange et les parapluies qui protègent des larmes, j'adhère. Parfois, j'avais l'impression de me trouver dans Oscar et la dame en rose... mais je crois que c'est à cause des rencontres de la troisième partie.

Bonne lecture !

mardi 2 décembre 2008

Emil Nolde


Voilà l'exposition qu'il faut aller voir quand on a peur de la foule de Picasso. Salles quasi désertes (donc froides, ne prenez pas de vestiaire sous peine de sortir transi) qui permettent la contemplation tranquille de tableaux très colorés.
Entre chronologie et thématique, cette expo tente de faire le tour d'un artiste un peu oublié (par rapport à Picasso, j'entends) du début du siècle. Stigmatisé pour nazime (ou accointances mais on ne fait pas toujours dans le détail) et écarté pour "art dégénéré", ce cher Nolde méritait bien une expo. Attention les yeux, cet artiste est contemporain des fauves, il privilégie donc la couleur qu'il aime épaisse ou par grands aplats. Ses sujets traités de façon expressionniste parfois presque naïve peuvent être typiques : paysages, marines, scènes religieuses ou plus fantaisistes : monstres, scènes urbaines... La taille des œuvres présentées, d'un tableau d'autel aux petites lithographies montre la diversité des moyens chers au peintre.
N'hésitez pas à aller jeter un oeil à ces tableaux méconnus, venus essentiellement du musée Nolde. Ils ont l'avantage d'être visibles et bigarrés. De quoi ensoleiller des prunelles lassées de la grisaille hivernale.

lundi 1 décembre 2008

Girl with a pearl earring


Pourquoi ai-je attendu si longtemps avant d'ouvrir ce livre de Tracy Chevalier ? J'avais vu le film avec Scarlett il y a quelques années et je ne voulais pas prendre le risque d'être déçue. En fait, je m'aperçois que ce film a laissé un souvenir assez vivace et que la BO défilait dans ma tête à mesure de ma lecture. Magnifique BO cela dit en passant.

Alors pourquoi maintenant ? Pour un cours d'anglais. Une lecture obligatoire loin d'être désagréable. Griet est l'ainée d'une famille de Delft. Son père est aveugle. Son frère est parti en apprentissage. Elle même doit subvenir à ses besoins et aider sa famille. Elle est engagée comme bonne chez un peintre, Vermeer. Là elle s'occupe de repassage, nettoyage, cuisine, courses avec Tanneke, autre servante. Elle a cependant la charge supplémentaire de nettoyer l'atelier du peintre dont elle ne doit sous aucun prétexte changer l'arrangement. Griet se sent étrangère dans cette maison catholique, elle qui est protestante. Elle l'est d'autant plus que les enfants de Vermeer et son épouse ne la regardent pas tous d'un bon oeil. Son plaisir ? Retrouver sa soeur et ses parents tous les dimanches et leur décrire les beautés des peintures. Tout change avec la peste. La famille s'endeuille. Griet s'investit de plus en plus dans les peintures de son maître tandis que le charmant boucher, Pieter, lui fait la cour.

Cette histoire est celle d'un peintre et de son modèle, d'une jeune fille au XVIIe siècle. Ce qui envoute, c'est cette atmosphère intimiste, ce grand détail, particulièrement dans la description des couleurs. Un très bel ouvrage.

dimanche 30 novembre 2008

Picasso et les maîtres


Picasso au Grand Palais, tout le monde en parle, tout le monde veut voir ! Je vous promets des attentes interminables et des salles bondées, des œuvres impossibles à voir et une ambiance sonore digne d'une discothèque. Si cela ne vous rebute pas, continuons.
Je n'y allais pas pour voir Picasso. Je voulais admirer des chefs-d'œuvres venus du Prado, du MET et d'ailleurs. Moi, c'est les maîtres qui m'interessaient. Effectivement, il y a de belles toiles : Titien, Greco, Velazquez, Poussin, Ingres, Cranach... Et à coté, on juxtapose des Picasso. Parfois, la comparaison fait mouche. Parfois, on s'interroge sur le propos général de l'expo. Que souhaite-t-on nous dire ici ? L'expo est divisé en chapitres thématiques : l'antique, le portrait, le nu etc. Mais finalement que retient-on ? Que Picasso s'est formé auprès des plus grands. Rien d'étonnant à cela, il est né en 1881. Qu'il aime a s'inspirer puis à subvertir ses modèles. Rien de bien neuf.
Alors certes, on voit de belles oeuvres. On a des merveilles devant les yeux (quand on n'a pas trois visites guidées dans la même salle, mais passons) mais le sens général n'est pas clair. Un propos scientifique derrière tout cela ? A vrai dire, je cherche encore. Mais ne boudez pas votre plaisir : vous ne verrez pas la Maja desnuda tous les jours. Et dieu, comme elle est envoutante !

samedi 29 novembre 2008

Paul Auster's New York


Ce cher Paul était le super sexy man de mon colis, vous vous rappelez ?!
Eh bien, maintenant je peux dire que je suis une fan à part entière puis que j'ai lu ce petit livre de Gérard de Cortanze qui souligne les liens entre l'auteur et sa ville. A travers différents quartiers, rues, de Colombus circle à Brooklyn, de Central Park à Washington square, Auster et Cortanze nous guident et nous perdent dans NYC. Avec eux, resurgissent les personnages d'Auster comme autant d'alter ego et des souvenirs d'enfance, d'adolescence puis d'adulte. Derrière Quinn, Anna ou Fogg, il y a un écrivain, un homme. Et c'est superbe parce qu'ils nous donnent à lire une biographie d'Auster en négatif, ils décryptent ses balades, ils déchiffrent des numéros de rues comme autant d'indices... Cet ouvrage s'organise d'abord par lieux indispensables : là où Auster a vécu et écrit dans une chambre misérable, là où il a étudié et enseigné, là où sa famille vivait... Puis se poursuit avec une analyse de la marche comme processus créateur. La marche si présente dans tous les romans de Paul Auster. Enfin, la vie de l'écrivain est racontée de façon chronologique, succinte et prenante : premiers articles, voyages, amours. Le tout se clot sur quelques articles de presse, bien choisis.
Encore merci Virginie pour ce beau livre qui m'a donné envie de poursuivre ma (re)lecture de son oeuvre.

jeudi 27 novembre 2008

Le silence du patineur


Il s'agit d'un recueil de nouvelles d'un écrivain que j'apprécie, Prada. Dans cet ensemble, il y a du bon et du moins bon, on sent la plume virulente des masques du héros, peu apaisée, jeune. Prada traite des thèmes littéraires, campe des personnages absurdes et souffrants et utilise une langue très crue comme très policée.

Les mains d'Orlac. Une bande d'adolescents cherche à rencontrer le fameux étrangleur qui vient de s'échapper. Jeux dangereux.
Demoiselles en sépia. Un grand père qui faisait des photo... plus ou moins chastes.
Sang bleu. Un bâtard. Mi aristo, mi voyou.
Les nuits galantes. Un poète devient le héros d'un groupe de veuves et les reçoit toutes les semaines.
Les nuits héroïques. Dona Loreto accueille des poètes avant la révolution.
Veille de révolution. Le roi est malade, il va mourir. Les réunions secrètes de la ministre dévoilent au narrateur comment il compte survivre.
Les hommes sans âme. Dans une ville de flirt permanent, un cinéma dévore ses spectateurs.
Le silence du patineur. Un homme ou un enfant ? Sa mère qui est si proche. Son ancienne amie qui est si différente. Le monde par les yeux d'un fou.
Concerto pour maçonnes. Un clairon devient le musicien des dames... mais pas seulement.
L'épidémie. Une guerre, une sale maladie, un déserteur et son perroquet. Vont-ils échapper à la tragédie ?
Le petit coq aveugle. Quand on écrit une thèse sur un écrivain, il faut savoir se donner entièrement à la cause sacrée de la littérature...
Galvèz. Est incontestablement le scénario condensé de l'histoire des masques du héros : un homme et son nègre, plus ou moins volontaire.

Beaucoup d'ambiances étranges, absurdes ou malsaines. Des situations sexuellement explicites ou implicites, parfois proche de la perversion. L'auteur aime les situations secrètes, décrit des rites proches de ceux de la franc maçonnerie, cela dégénère souvent... Pour tout dire, c'est un recueil qu'il faut distiller, ne pas avaler cul sec ou prendre le risque d'en sortir nauséeux.

mercredi 26 novembre 2008

Le pavillon d'or


Vous connaissez mon amour inconditionnel pour Mishima. Il vient d'être mis à mal par ce livre. Et dire que c'est celui qu'a lu Céline. Mon dieu, la pauvre, comme je comprends qu'elle n'ait pas poursuivi sa découverte !
L'histoire est celle d'un jeune bonze, Mizoguchi. Emmené par son père au temple, il est fasciné par la beauté du pavillon d'or et décide de devenir moine. Mizoguchi est laid et bègue. Il est l'objet de moqueries perpétuelles. Mais il s'applique à réussir et devient le favori du prieur. Son premier ami est Tsurukawa à qui il confie son insensibilité devant la mort de son père et son adoration pour le pavillon. Toutefois, il ne lui confie pas sa cruauté : Pendant l'occupation américaine, il cède au caprice d'un soldat et se montre violent envers une femme. Cela déclenche une série de considérations sur la sensibilité, la bonne conscience...
Son second ami est un jeune garçon manipulateur et peu apprécié, Kashiwagi, pied bot. Celui-ci le conduit près des prostituées, l'encourage à sécher les cours, lui prête de l'argent pour fuir du monastère, bref, développe les mauvais penchants de Mizoguchi. L'apogée de cette méchanceté froide, de cette cruauté, se manifeste dans l'incendie du pavillon.
Les thèmes chers à l'auteur sont présents en filigrane : suicide, impossibilité d'aimer les femmes, esthétisme... L'ensemble est assez lent, cruel, répétitif pour ce qui est du bâtiment, personnage principal de ce livre. Une déception parce que ce livre ne m'a pas emballée, il m'a plu mais sans plus. Petit conseil aux novices de Mishima : commencez par son théâtre ou par La mer de la fertilité !

mardi 25 novembre 2008

La flute enchantée


Ce soir, j'étais à l'opéra Bastille pour écouter cet opéra de Mozart. C'était la première fois que je voyais ce spectacle. Pour tout dire, j'en attendais beaucoup. Peut être trop.
Rien à dire sur la musique, le chant, les performances étaient tout à fait belles. Papageno était à la hauteur de mes espérances. L'oiseleur tout de rouge vêtu et de plumes orné m'a amusée, séduite. La princesse Pamina était charmante. Le passage si prisé de la reine de la nuit, quoi que très brillant et éblouissant de strass répondait à mes espérances.
Par contre la mise en scène est une catastrophe ! Des matelas géants tiennent lieu de décor. Bien sûr, ils changent de position : verticaux, horizontaux, gonflés, à plat, avec une danseuse à l'intérieur... Mais alors niveau bruit, esthétisme et lenteur de déplacement, c'est vraiment le pompom !
Bref un opéra à voir dans une mise en scène plus traditionnelle !

lundi 24 novembre 2008

Sexy message pour sexy swap

Attention, ce message va faire des jalouses !

Mon facteur n'est pas très sympa ni sexy mais il avait les mains pleines. Et il était odieux, mais c'est une autre affaire. Quoique... Il arrive à 9h30 et se pend limite à ma sonnette. Je lui ouvre, agacée, par ses 5 coups de sonnette consécutifs le temps de franchir les trois mètres qui séparent mon bureau de la porte (oui, c'est un forcené). Je lui demande pourquoi il s'acharne comme ça dès la première seconde. Il me répond que c'est parce qu'en général je dors. Je m'étonne. Mais quand cela ? Ben vendredi dernier. Ah. Parce quand on répond pas, on dort mes amis. Il est tout à fait impossible d'être ailleurs que dans son lit à 9h du matin, en cours ou en stage... Je renonce à lui expliquer et je lui demande pourquoi il n'a pas laissé de papier. Parce que ça ne se fait plus. Ah bon ? ça doit être spécifique à ce monsieur, on ne s'inquiète ni ne s'énerve. Enfin, il aurait pu repasser samedi ce brave homme ! Soit. Il devait dormir...
Dans le colis que m'a envoyé Virginie (dont on salue le nouveau blog tout mimi) il y avait de ces sexy men...

Coté livres et films, on trouve en guest star Paul Auster dans son New York par Gérard de Cortanze (very good idea, mon chéri y passe trois jours pour Thanksgiving, j'aurai des lieux à lui recommander) et le voyage d'Anna Blume. Le charmant Orlando Bloom est aussi de la partie avec rencontres à Elizabethtown que j'ai raté au ciné et que je rêvais de voir.

Coté gourmandises, Virginie m'a bien cernée. J'ai reçu une sexy boite de chocolats très justement nommée palette bon-bon maquillage. Miam, il n'en reste plus un seul. Mais rassurez-vous, Virginie m'a gentiment donné l'adresse, je vais pouvoir faire découvrir ces merveilles de finesse autour de moi. Et le thé japonais qu'elle a joint au paquet est tout à fait délicieux.
Pour les sexy things, apprenez que Virginie a des doigts de fée. Elle m'a confectionné un joli carnet intercalant des sexy men. Et un admirable SLAT (sac de livres à trimballer) fait main aux jolies couleurs rosées et aux photos de Orlando et Pierce. En plus, il est réversible car les coutures sont invisibles. Vraiment une magnifique surprise ! Je n'avais pas de SLAT digne de ce nom et celui-ci risque de m'accompagner dans mes pérégrinations.

Mille fois merci Virginie pour ce colis tout en douceurs et délicatesse et pour tes adorables petits mots ! Et bien sûr, merci à Fashion, la grande organisatrice de ce swap plein de bonnes et belles surprises !


samedi 22 novembre 2008

Lambeaux


Marie avait lu ce livre de Charles Juliet pour les cours. Elle avait détesté. Lisant ça et là (je ne sais plus où, mentionnez vous dans les commentaires) des avis plus positifs, j'ai piqué ce petit ouvrage dans sa bibliothèque.
L'histoire est en deux parties : la vie d'une mère puis celle de son fils. Tout le texte est gouverné par le "tu", procédé presque banal depuis La modification, mais toujours étonnant au premier abord.
Le livre de la mère, paysanne fatiguée par ses taches, m'a beaucoup plus touché que celui du fils. Nous la voyons d'abord dans sa famille, ainée d'une fratrie de sœurs, veillant à leur bien être. Travaillant dur à l'école comme à la maison, la demoiselle sent en elle des aspirations à l'étude, à la lecture, à l'écriture. Elle ne peut rien partager avec ses sœurs, insensibles à ses questions, ni avec ses parents, travailleurs querelleurs. La fleur s'épanouit auprès de ceux qui l'écoutent. Mais reste fragile.
Son fils ne la connut pas. Il grandit près d'une mère adoptive, puis à l'armée. En lui, le désir d'écriture surgit. Lente compréhension de son avenir d'écrivain.
Belle lecture, qui ne restera peut être pas gravée dans ma mémoire.

vendredi 21 novembre 2008

Six promenades dans les bois du roman et d'ailleurs


Umberto Eco est mon ami en ce moment. J'enchaine ses essais !

Celui ci concerne la littérature. Il s'agit d'une publication faisant suite à une présentation pour Harvard. Dès l'introduction, Eco se place dans la filiation de Calvino, ce qui n'est pas pour me déplaire. Eco s'amuse à analyser les mécanismes de narration : temporalité raccourcie ou dilatée, personnages, narrateur-auteur qui se cache derrière mille masques... Par exemple, un texte ne dit pas tout à son lecteur. Si l'on parle de carrosse, il parait évident qu'un cheval le tire. L'auteur s'amuse à créer des textes très détaillés qui diraient absolument tout au lecteur puis convient que c'est impossible. Il mentionne régulièrement Sylvie de Nerval qu'il analyse finement. Les rapport entre réalité historique et romanesque sont également mis sur le grill : D'Artagnan retrouvera-t-il son chemin ?

Belles conversations que celle d'Eco ! Un petit livre qui semble technique mais qui est très abordable et foisonne d'exemples plaisants.

jeudi 20 novembre 2008

Deux ans

Imaginez vous cela ? ça fait deux ans que ce petit salon est ouvert ! Personnellement, je n'ai pas vu le temps passer.
Je pourrais faire un bilan. Mais je préfère vous annoncer la suite. Il y aura toujours plus de rencontres parce que cette année, je vais tout faire pour participer à Books and the city. Il y aura toujours plus de livres parce que ma PAL ne baisse pas et que vos blogs allongent ma LAL à chaque visite (pour mon plus grand plaisir, je ne me plains pas). Il est possible que le rythme ne reste pas le même au long de l'année, je vais préparer des concours et il faudra être plus studieuse. Et pour les nostalgiques de l'opéra, je vais y retourner sous peu !
Quoi d'autre ? Les challenges sont presque finis mais j'ai déjà des envies de trésors de lecture pour 2009.
Et avant cela, il faut aller si ce n'est déjà fait.

Et puis voilà !


mercredi 19 novembre 2008

L'hôtel hanté


...est un court roman de Wilkie Collins qui hésite entre polar et fantastique.
L'action commence chez un médecin. La comtesse Narona le consulte car elle souhaite s'assurer de sa parfaite santé mentale, sentant ses aspirations au mal grandir. Elle est sur le point d'épouser Lord Montbarry, homme richissime qu'elle semble avoir envouté. Montbarry, fiancé par ailleurs à Agnès Lockwood rompt ses fiançailles pour convoler avec l'aventurière. Agnès a le cœur brisé. Il l'est plus encore lorsqu'elle apprend que son ancien amant est décédé pendant sa lune de miel d'une bronchite aggravée en pneumonie. De plus, elle doit réconforter une amie dont elle avait recommandé le mari comme courrier à Montbarry et qui a également mystérieusement disparu.
La mort de Lord Montbarry semble normale, la comtesse hérite ! Son frère en profite bien. Toutefois, la mort à Venise pose des questions : le courrier semble perdu, la dame de compagnie a rendu son tablier à peine arrivée... Le palais est transformé en hôtel. Par un étrange hasard, toute la famille Montbarry doit s'y retrouver pour une réunion. La chambre occupée jadis par leur frère, fiancé ou cousin, trouble le sommeil et l'appétit des voyageurs. En outre, l'état d'agitation de la comtesse Narona laisse envisager quelque énigme non résolue sur les événements de la lune de miel.
Un polar qui n'a pas trop mal vieilli, assez prenant !

mardi 18 novembre 2008

La piscine, Les abeilles, La grossesse


... sont trois nouvelles de Yoko Ogawa dont je rêvais de lire les écrits depuis un bout de temps.

La piscine : Aya n'est pas orpheline mais vit dans un orphelinat dont ses parents sont responsables. Elle a deux plaisirs : admirer les plongeons d'un compagnon et torturer les jeunes enfants. Un sentiment de perversité parcourt cette histoire. Tout y est très sec.

On retrouve ce même style dans la seconde nouvelle, Les abeilles. Une jeune femme indique à son cousin une résidence universitaire dans laquelle elle a vécu le temps de ses études. Le propriétaire est un homme sans bras auquel il ne reste qu'une jambe (rassurant, non ?). Il accueille avec joie son ancienne pensionnaire et donne une chambre au cousin. Lorsque la narratrice repasse, elle ne le voit jamais mais discute avec le propriétaire, très malade. Ambiance de déliquescence et bourdonnement incessant.

La grossesse. La narratrice habite avec son beau frère et sa sœur. Lorsque cette dernière est enceinte, elle s'astreint à lui éviter tout désagrément mais l'observe comme un animal curieux. Évolution assez répugnante des changements corporels de la femme enceinte et méchanceté souterraine. L'ambiance malsaine est toujours là.

J'ai trouvé ce recueil dérangeant mais plaisant.

lundi 17 novembre 2008

Histoire de la beauté


Pour tout vous dire, je prépare un petit exposé sur l'évolution des canons de beauté chez les hommes et j'avais besoin de quelques documents. J'en ai profité pour dévorer cet ouvrage fort passionnant d'Umberto Eco qui réunit textes littéraires et œuvres d'art. Le propos général est chronologique.

De façon très succincte, la beauté antique est synonyme de bonté. Le corps parfait répond à des proportions idéales, c'est une harmonie qui reflète l'harmonie de l'univers.

Au Moyen Âge, la beauté est signe de sainteté ou de divinité, elle est présente dans la variété des couleurs et dans la lumière. Vers le XIIIe, son sens évolue, elle devient vice et ruse. La beauté est diabolique.

La renaissance renoue avec l'idéal des proportions.

Avec le XVIIe, le corps parfait s'arrondit chez les femmes comme chez les hommes. Les critères du beau deviennent plus subjectifs... Du coup, il y a la beauté du sublime et de la mort, des passions et de la terreur au XIXe siècle à laquelle s'oppose la beauté du luxe et de l'opulence victorienne.

Avec le XXe s, la beauté peut être reproduite, diffusée. C'est la naissance du sex symbol !

Et ce n'est qu'un avant gout, le tout est très bien illustré et commenté. Pour ceux qui cherchent des idées, c'est un livre à offrir.