mercredi 1 octobre 2008

La tour de Nesle


Cette pièce d'Alexandre Dumas revient sur la légende de Marguerite de Bourgogne, femme de Louis le Hutin, prompte à s'amouracher de jeunes gens. Pour une version plus vraie historiquement parlant, il vaut mieux lire Druon que Dumas.
Dans la taverne d'Orsini, on cause. Le sujet récurrent ? Ces cadavres de jeunes étrangers retrouvés noyés sous la tour de Nesle. Un jeune homme, Philippe d'Aulnay, récemment arrivé à Paris, y est invité par une inconnue. Il décide de s'y rendre avant de retrouver son frère Gaultier.
Le lendemain, son cadavre est repêché dans la Seine et Gaultier demande justice à la reine Marguerite de Bourgogne, sa maîtresse (ou presque). Elle promet de retrouver le coupable alors qu'aux yeux du spectateur, sa griffure la désigne comme telle. Buridan, jeune soldat, se pose en défenseur de la loi et produit une preuve contre la reine. Commence un petit jeu entre chat et souris et les révélations se succèdent.
Une belle interprétation de la ruse et de l'intelligence des femmes, particulièrement de cette fameuse Marguerite. Hélas, le personnage perd de sa crédibilité à la dernière scène trahie par deux faiblesse : la maternité et la foi en sa rédemption.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !