dimanche 23 septembre 2012

Un été à Coppet

Merci à Libfly qui m'a fait parvenir ce livre dans le cadre du salon du roman historique ! Quel plaisir de voir que l'histoire a toujours ses amoureux.


Ce roman d'Erik Egnell nous fait plonger, le temps d'un été, dans le quotidien et l'intimité de Germaine de Staël. Plus besoin, je crois, de vous présenter cette grande dame de la littérature, fille de Necker, longtemps exilée à Coppet, sur les bords du lac Léman.

Nous sommes en 1816, Napoléon est à Saint-Hélène, les Bourbons de retour en France ont fort à faire avec une chambre ultraroyaliste et les anglais qui les surveillent de près.
Germaine de Staël, en Suisse, s'effraie des tendances réactionnaires et conservatrices du nouveau régime. Et bien qu'opposée à Napoléon, elle considère les actions du "tyran" comme bien moins dommageables à la France. Avec son petit groupe de Coppet, à savoir ses proches (son fils Auguste, sa fille Albertine et son gendre Victor de Broglie) et ses amis (Frédéric de Chateauvieux, Eynard, Sismondi etc), elle décide de jouer La mort de César, pièce de Voltaire, et d'écrire sur les avancées de Napoléon.

Ce roman épistolaire, dont les lettres (jamais envoyées, faisant office de journal intime) s'adressent à Claire de Duras, écrivain exilée également, nous fait découvrir l'été de ce petit groupe sous le regard de Germaine de Staël. Le ton en est très XVIIIe, apportant un vernis très réaliste. Les allusions sont multiples, il vaut mieux bien connaître la vie de Germaine et l'histoire de ces années ! Heureusement (mais tardivement) un petit "Post-Note" remet en mémoire quelques personnages. Car si l'ont connaît bien Guizot, Lord Byron ou Chateaubriand, c'est moins vrai d'Etienne Dumont.

Ce qui est appréciable dans ce livre, c'est qu'il nous fait entrer dans le XVIIIe siècle. Ce qui l'est moins, ce sont les lourdeurs du style (qui se veut XVIIIe donc c'est à la fois voulu et à la fois too much) et l'impression de devoir être bien averti pour comprendre les ressorts des relations entre les personnages.
Attention également, pas d'intrigue trépidante ici, on est dans le monde des idées et du débat politique.
Un roman que j'ai lu sans réellement l'apprécier, curieuse de voir où il allait mener mais jamais très attachée à l'héroïne... Dommage.

Pour en savoir plus sur Germaine et sa petite famille, on trouve ici Une singulière famille.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !