vendredi 3 août 2012

Sagan, un chagrin immobile

Je ne suis pas une énorme fan de Sagan. Alors quand on m'a offert ce titre, j'ai été quelque peu étonnée. Mais soit, ce serait l'occasion d'en savoir plus sur celle que je voyais comme une enfant gâtée de la littérature, une fille qui brûle la vie par les deux bouts et écrit sans conviction.
Eh bien, sachez que pour l'écriture, c'est plutôt le contraire. Sagan est visiblement de celles qui ne peuvent vivre sans un cahier et un crayon, qui écrit chaque jour, qui travaille ses textes. Et elle a d'ailleurs beaucoup plus publié que je ne l'imaginais. 

Pascal Louvrier nous présente la petite Françoise Quoirez, sa jeunesse libre et ensoleillée, ses attitudes de cancres dans les différents lycées où elle passe, ses fréquentations bourgeoises etc.
Jusqu'au premier roman qui est écrit à la faveur de vacances, publié dans la foulée et immédiatement adoré.
Mais ces débuts prometteurs sont déjà teintés de mélancolie et l'on sent poindre en chaque acte cette fameuse tristesse qui la rendit célèbre. La bourgeoise désabusée de ses livres est certainement déjà présente.

Jusqu'à sa mort, Pascal Louvrier nous accompagne auprès de Sagan, nous conte ses pertes et ses succès. Il a su assortir son livre au ton de Sagan. 
Il éclaire un aspect que je ne connaissais pas à savoir ses problèmes financiers, ses engagements politiques et   ses addictions. Il dresse un portrait où se mêlent admiration et compassion.
Et il donne envie de relire Sagan, de découvrir ses autres livres !

Une très belle biographie !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !