lundi 17 septembre 2012

Epépé

Qui avait donc lu ce livre, il y a au moins quatre ans, et l'avait adoré ? Qui en avait fait un billet remarqué ? Si tu es concerné, lecteur, signale-toi car je ne te retrouve pas.
Tout cela pour dire que depuis des années ce livre de Karinthy était noté sur ma LAL. Que je savais pertinemment dans quel rayon de quelle bibliothèque parisienne je le trouverais. Et qu'il a fallu que je revienne dans un quartier autrefois fréquenté pour me décider à sauter le pas.

Quelle étrange ville que celle où arrive Budaï. Les gens y sont pressés, y font tout le temps la queue... et parlent une langue inconnue et incompréhensible. Le linguiste, dont l'avion a atterri dans ce lieu plutôt qu'à Helsinki, s'étonne devant cette langue faite de "glouglouglou" et "diédiédié". Tous ses essais pour communiquer dans n'importe quelle langue (car il en connait un certain nombre) échouent. Quant à déchiffrer l'écriture, c'est un casse-tête.

Perdu dans une marée humaine, incompris, solitaire, notre héros va faire tout son possible pour quitter ce lieu puis tenter de le comprendre, de s'y intégrer. Avec une mince aide, il vise à acquérir quelques bases. Mission complexe. 

Dans un univers kafkaïen, Budaï vit une expérience cauchemardesque. Perdu parmi des hommes avec lesquels il ne peut communiquer, dans un système incompréhensible, il interprète les évènements sans jamais savoir s'il a raison ou s'il s'égare. Imaginatif, effrayant, bien mené, bien écrit ! Que demander de plus ?!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !