vendredi 16 mai 2014

L'élixir d'amour

Merci aux éditions Albin Michel pour le dernier roman d'Eric-Emmanuel Schmitt. Je l'ai lu d'une traite mais j'en sors un peu frustrée. J'ai l'impression que l'auteur s'est amusé à composer un petit puzzle de références sur l'amour, mais qu'il est resté à la surface des choses.

Tullio Lombardo, Bacchus et Ariane, marbre, vers 1505, KHM, Vienne

Adam et Louise tissent une correspondance. Anciens amants, ils se sont quittés non par désamour mais à cause des infidélités répétées d'Adam. Louise est partie à Montréal. Adam est resté à Paris. Il lui propose une amitié épistolaire. Louise n'a d'abord pas très envie de cet ersatz d'amour. Et finalement, elle se prend au jeu. 
Nos protagonistes, en mode Liaisons dangereuses aux petits pieds, expérimentent et analysent l'amour. Peut-on réellement distinguer l'amour physique des sentiments ? Existe-t-il une recette (ou un philtre) qui déclenche l'amour ? Désir ? Amour ? De quoi parle-t-on au juste ?
Ce court roman se propose, non pas de répondre à la question, mais de proposer des pistes de réflexion et une petite démonstration (assez attendue en fait).

Alors, certes, c'est toujours sympathique un roman d'E.-E. Schmitt mais là c'est vraiment trop court pour permettre l’élaboration d'une véritable philosophie de l'amour : Louise étudie la question du transfert en psychanalyse, de la cristallisation, etc. Mais les échanges des amants restent assez plats. Il n'y a pas de débat, les personnages sont d'accords. S'ils ne le sont pas, ils le deviennent. Mais jamais l'échange ne parait vraiment constructif. Il n'élève ni l'un, ni l'autre. Il parait que le roman est subtil, que la réflexion philosophique transparaît derrière l'aphorisme. Pour ma part, j'y ai plutôt vu des questions déjà lues ailleurs, simplifiées à l’extrême. Est-ce que ce roman fait rêver ou étonne ? Pas vraiment. Est-ce qu'il donne à penser ? A peine. Bref, un roman qui se veut philosophique... qui ne questionne pas assez à mon goût. Heureusement, il ne donne pas non plus trop de réponses toutes faites, même si la fin du roman oriente forcément l'interprétation du lecteur.

challenge amoureux

8 commentaires:

  1. Dommage, je relirai un de ses anciens romans, alors.

    RépondreSupprimer
  2. Albin-Michel, E.E Schmitt, c'est dans la cour des grands, ça ! Comment les petits arrivent-ils à s'en sortir ? Comment les petits sont-ils devenus grands et peuvent-ils le devenir un jour ? Le talent suffit-il ? Morale : Plus on est grand, plus on s'élève vite et haut...

    RépondreSupprimer
  3. Arghhh... je vais passer, je pense. Si c'est un peu plat...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autres ont beaucoup aimé, je ne suis pas sûre d'être un exemple à suivre sur ce coup là.

      Supprimer
  4. Malgré ton avis mitigé il me fait tout de même très envie je dois dire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu reviendras me donner ton avis alors, mitigé ou enthousiaste !

      Supprimer

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !