jeudi 15 juin 2017

L'amour et M. Lewisham

Sous-titré "Histoire d'un très jeune couple", ce roman de H.G.Wells est un anti roman d'amour. Il en reprend les codes et il s'en moque allégrement. Sympathique sans être dingue, il aurait mérité plus de concision.

"En ce prélude, il ne sera pas question de l'amour, et cet antagoniste n’apparaitra réellement qu'au troisième chapitre". 
Oui, le ton est donné dès l'incipit ! Il va falloir lutter. 
Le lecteur rencontre M. Lewisham alors qu'il est maître adjoint et fournit dans sa petite chambre un travail considérable pour avancer dans ses études. C'est dans ce lieu que l'on découvre toute la philosophie et l'ambition du jeune homme à travers ses livres, les citations épinglées aux murs et son emploi du temps bien chargé. C'est sans compter sur le fameux amour du troisième chapitre, qui se présente sous les pas et les traits de la mignonne Ethel dès le premier chapitre. Mais comme l'indique également notre auteur, tout ceci n'est qu'un prélude et c'est à Londres, quelques années plus tard, que se joue l'essentiel de notre tragi-comédie. 

Wells n'y va pas de main morte avec son héros. Il le ridiculise tant et plus, il ne cesse d'ironiser sur la jeunesse et le mariage, bref, il s'amuse. Et le lecteur aussi, tout en ayant pitié du pauvre garçon. Dans cette sévère société victorienne, le romantisme et le rêve s'étiolent face à l'ambition et la tromperie londonienne (la scène de spiritisme en est le plus bel exemple). Un roman très différent de l'étiquette "anticipation" que l'on colle à l'auteur. 



Du même et dans un genre similaire, j'avais beaucoup aimé Miss Waters.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !