mardi 5 novembre 2013

Le Décaméron

Tiens, ça faisait longtemps que je n'avais pas posté de critique de classique. Avec ces nouvelles de Boccace, nous partons pour l'Italie du XIVe siècle... mais rassurez-vous, tout cela reste très actuel.


Tout commence à Florence où la peste décime les habitants. Un groupe de femmes décide de fuir à la campagne, accompagnées par quelques jeunes gens. Là, ils passent le temps (15 jours et non 10 car le vendredi et le samedi est consacré à la prière) en se racontant des histoires. Le roi ou la reine du jour en détermine le thème et tous, à tour de rôle, content.
Ces nouvelles sont très souvent des histoires d'amour et d'adultère. Je n'ai pas compté le nombre de cocus mais ils ne manquent pas. Et tous succombent aux plaisirs du corps, jeunes et vieux, hommes et femmes, civils et prêtres... L'ensemble est souvent amusant, malgré quelques histoires tragiques. Le tout est dit de façon truculente. Pas de différentiation des narrateurs, mais qu'importe !

Bref, Boccace reste tout à fait lisible. Ses nouvelles ne sont peut être pas à lire d'un seul coup car elles sont nombreuses mais à alterner avec quelques romans. Et elles sont souvent drôles, plus ou moins morales, coquines, etc. Il y en a pour tous les goûts. Parmi mes favorites : celle du jardinier qui passe du bon temps dans les bras de toutes les nonnes de l'abbaye !

Dans le même style, je ne saurais que vous conseiller l'Heptaméron

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !