jeudi 10 avril 2014

La Mémoire du monde II

Vous aviez rencontré Mérit il y a quelques mois. Condamnée à l'immortalité, cette Egyptienne parcourt la Méditerranée et suit les moments phares de la construction de l'histoire intellectuelle du monde. Elle avait vu s'élaborer la Bible à partir de la vie de certains de ses enfants, naître la philosophie et la géométrie, grandir les empires avant qu'ils ne disparaissent. Nous la laissions attachée aux Ptolémée à Alexandrie, curieuse de Rome qui faisait déjà retentir son nom. La voilà qui poursuit sa route pour rencontrer Cicéron, qui l'introduit à la politique romaine. C'est une époque où elle suit de très près le cours de l'histoire, proche de Cléopâtre. Puis elle débute une nouvelle période d'errance à travers la Méditerranée, à la recherche de ses descendants à qui elle a laissé des objets (une bague, un coffre et un chaton) pour les identifier. Plongée dans une vie de famille qui se complexifie, elle traverse l'Empire et installe les siens entre Jérusalem, l'Espagne, la Bretagne et la Grande-Bretagne... Toujours à la recherche d'un sens pour la vie, d'un dieu, d'une spiritualité, elle observe l'émergence du christianisme puis de l'Islam. Elle oscille entre des périodes très actives, où les années comptent, et des périodes plus méditatives où les siècles passent le temps d'un soupir. Et ce qui est merveilleux, c'est qu'elle arrive toujours à s'étonner, à regarder avec bienveillance l'homme et le monde.

Comme pour la lecture du premier tome, j'ai lu ce roman de Stéphanie Janicot d'une seule traite. et je remercie les éditions Albin Michel pour cet envoi. Impossible de quitter Mérit (qui s'appellera beaucoup Sophia dans ce livre). Je ne me lasse pas de cette redécouverte de notre histoire. L'idée de suivre un être immortel à travers les âges n'est pourtant pas nouvelle et le traitement n'est pas spécialement original. La romancière applique les mêmes "recettes" que dans le premier tome. Cependant, j'aime cette exploration bienveillante du monde et de ses philosophies, cet abord pédagogique et clair. Je regrette un peu que l'on ne rentre pas plus dans le détail de certains échanges philosophiques. Le propos est volontairement évasif sur certains faits historiques. Ce n'est pas une culture historique que l'on attend de ce roman, mais peut-être vous donnera-t-il envie de relire quelques classiques de la philo, de l'histoire... ou des religions. 
Une plume vive et simple, un personnage toujours attachant, des événements qui se succèdent rapidement, tout est mis en place pour que le lecteur n'ait qu'une envie, connaître la suite !

Ruines Histoire Archéologie

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !