mercredi 21 novembre 2012

La reine des cipayes

Voilà un roman de Catherine Clément qui m'a beaucoup rappelé Dans la ville d'or et d'argent. Ce qui n'est pas fondamentalement étonnant puisque le récit commence en Inde, en 1828 ou 1829 voire 1831 et se termine en 1858 pour notre personnage principal, Manikarnika, plus connue sous le nom de Lakshmi Bai. Soit à peu près la même période que Hazrat Mahal. Et sur le même thème de la révolte des cipayes. 

Ici, c'est à Lakshmi, dite aussi Chabili, que s’intéresse l'auteur. La première moitié du roman (et celle que j'ai le plus aimé) est dédiée à sa jeunesse. Garçon manquée, elle surpasse les garçons avec lesquels elle grandit. Obéissante, elle épouse le maharaja de Jhansi, Gangadar, un homme fantasque qui aime se travestir. 
A sa mort, Jhansi ne revient pas à l'enfant que le maharaja a adopté mais aux anglais. Chabili cherche un recours. Quand éclate la révolte des cipayes, la jeune femme hésite. Initialement, elle reste fidèle aux anglais avant de se révolter. Elle devient alors une formidable guerrière et une meneuse d'hommes.

Cette histoire de la révolte indienne et le portrait de cette femme sont marquants, presque fascinants notamment parce qu'on les connait mal. Il manque une carte et/ou une chronologie en annexe du roman. C'est une géographie que je ne connais pas précisément et j'ai un peu de mal à voir les lieux concernés par les combats.
Je ne comprends pas bien l’intérêt des très rares chapitres européens, qu'ils concernent Marx ou Victoria. 
Et je regrette que Chabili reste si mystérieuse, si froide. Un roman qui laisse un petit goût de fadeur. Dommage

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !