mercredi 18 décembre 2013

A triple tour

L'exposition d'une partie de la collection Pinault à Paris est un événement suffisamment rare pour qu'on ne boude pas le plaisir d'y passer. Las, quelle déception. C'est glauque, c'est noir, c'est malsain... 

Pistoletto prison A triple tourVous allez me dire qu'avec un thème comme l'enfermement, il ne fallait pas s'attendre à autre chose. Certes. D'ailleurs, c'est très cohérent avec l'emplacement de l'expo, la conciergerie. 
La scénographie nous met dans l'ambiance, une gigantesque grille de Pistoletto nous accueille. Oh, c'est un miroir. Me voilà derrière les barreaux. 
Puis deux salles suivent, l'une avec des projections d'une nature tantôt calme, tantôt déchaînée... dont le titre nous donne le sens, l'autre avec des têtes bâillonnées qui murmurent. Brr... Franchement, le rendu est très bon mais alors qu'est-ce que ça met mal à l'aise !

Dans les salles suivantes, il faut noter la vidéo de Bertille Bak, où des habitants protestent contre la destruction de leur immeuble en jouant une symphonie à la lampe-torche. Le reste n'a pas retenu mon attention.
Puis, on passe dans un espace plein de fauteuils roulants. Qu'est-ce donc ? Une visite de personnes âgées ? Presque, ce sont des personnages politiques, âgés, sur des fauteuils roulants, qui se déplacent dans la salle selon une curieuse ronde. Trop réaliste pour ne pas faire peur, surprendre. Là, c'est plus simple. Sun Yuan et Peng Yu parlent de l'enfermement du corps, qui touche même les plus puissants. De la mortalité des hommes. On est presque sur une vanité.
En face, une salle de projection à deux écrans : d'un côté, La passion de Jeanne d'arc, de l'autre, les témoignages de femmes enfermées dans un asile australien. Là aussi, l'idée de Javier Tellez est intéressante. Mais est-ce de l'art, de la psycho ou de la socio ? 
La suite m'a moins marquée, à l'exception d'une grande chambre d'hôtel : là tout est dans le titre. Et c'est tellement premier degré que c'est agaçant. Et sur la fin, une autre vidéo m'a troublée : celle d'un enfant qui sourit, bizarrement, avant qu'on ne comprenne pourquoi...

Bref, cet ensemble est à la fois dérangeant (ce qui est plutôt bien) et malsain (ce qui l'est moins). Tout n'est pas à jeter dans cette exposition mais je ne suis pas certaine qu'elle vaille le détour.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !