vendredi 27 décembre 2013

Le cimetière des bateaux sans nom

C'est certainement ma copine Mélou qui m'a fait découvrir Arturo Perez-Reverte. Je me souviens de ses étagères alignant La Reine du sud, La peau du tambour et Le maître d'escrime. Mais ma première rencontre avec lui s'est faite avec Le Club Dumas. J'ai été subjuguée par cette histoire. Depuis, j'aime à lire, régulièrement, un de ses romans. 

bateau

Celui-ci avait beaucoup pour me plaire. Il parle de bateaux. Son personnage principal est un marin. Et il est question d'aventure, de trésor, d'épaves et de cartes marines. Coy est coincé à terre suite à un échouement. Il se divertit sur le plancher des vaches en buvant du gin bleu et en suivant des ventes aux enchères d'objets nautiques. C'est là qu'il croise le chemin de la froide Tanger et du riche Palermo. Tous deux s'arrachent un vieil atlas. Poussé par la curiosité et par le désir, Coy va tout faire pour passer du temps avec Tanger. Même si cela signifie "mensonge et trahison".

Ce livre d'aventure met peut-être un peu de temps à démarrer. Et la fin se précipite. Bref, j'ai eu l'impression d'un petit problème de rythme. Mais l'ensemble est drôlement prenant. J'ai aimé ce personnage loyal et lourd qu'est Coy, son sixième sens de marin, sa connaissance et son goût des livres sur la mer, des étoiles, des bateaux. J'ai d'ailleurs bien révisé mon vocabulaire marin qui parsème le roman. Je l'ai observé élucider le mystère de Tanger et de son obsession. Voilà un livre qui fait voyager, autant dans l'espace que dans le temps !  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !