mardi 10 février 2009

Othon l'archer


Vous allez finir par croire que la bibliothèque d'Ikastor est plus engageante que la mienne car voici encore un livre qui vient de chez lui (à ma décharge, c'est un livre que je lui ai offert et qu'il m'a prêté... logique, non ?)! Ce petit Dumas est un régal et il m'a rappelé Lohengrin par bien des aspects.
Notre histoire se déroule à l'époque des croisades et des chevaliers, dans des contrés germaniques. Le comte Ludwig est désespérément triste ce soir. Il n'arrive pas à se réjouir du retour de son ami Karl. Il ne quitte pas des yeux son épouse, Emma, et son fils, Othon. Il lui trouve une ressemblance terrible avec Albert, l'homme avec qui Emma a grandi. Ce soupçon lui fait envoyer sa famille au couvent.
Karl découvre qui tente de tromper Ludwig. Mais il est trop tard pour pardonner car le jeune (et charmant, qui en doutait?) Othon a préféré se jeter dans la rivière que d'entrer au monastère. Comme il n'est pas maladroit, il remonte sur une berge éloignée et se fond dans une compagnie d'archers avec qui il partage des aventures incroyables : le fantastique est au rendez-vous avec un mariage fantomatique, une cloche magique et une résurrection (oui oui, rien que ça). Et bien sûr, l'amour qui guide tout chevalier s'éveille dans le cœur du délicieux garçon devant la fragile Helena.
Dans cette ambiance de contes germaniques, le courant romantique transparaît et s'épanouit grâce à la plume de Dumas, de la première à la dernière page de cette œuvre.

4 commentaires:

  1. Je l'ai dans ma PAL celui-là, j'essaie de me remettre doucement à Dumas que je n'avais pas lu depuis des années.

    RépondreSupprimer
  2. Que je suis contente de lire ton billet très très très positif. Je l'ai acheté aussi. J'aime beaucoup la couverture. Dumas nous fait voyager via ses romans.

    RépondreSupprimer
  3. Arg... j'ai lu le livre un mois avant toi et je n'ai pas encore posté :(
    Pourquoi ne vis-je point dans un conte? le temps file trop vite dans la réalité! J'aimerai parfois être prince charmant et parcourir les plaines sur un fringant destrier, les cheveux au vent (l'image au ralentie).
    Mais je suis malheureusement bien réel et humain, n'est-ce pas?

    (ceci dit, très bon livre, et le chevalier au cygne très lohengrin)

    RépondreSupprimer
  4. Avec un peu de retard... (oups) j'ai (enfin!) posté un billet sur ce cher Othon :-)

    RépondreSupprimer

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !