dimanche 17 mars 2013

Le facteur Quifaiquoi

D.R.
Lu dans le cadre du Prix Sorcière.

J'ai eu un peu de mal avec ce livre de Ruth Vilar et Arnal Ballester. Je n'ai pas accroché au style, ni des dessins, ni du texte. 
L'image prend la double page et le texte, composé d'une seule ligne par page, court en bas. 
C'est l'histoire d'un facteur, Quifaiquoi, de ses livraisons et de ses rencontres, réelles ou rêvées. Et le tout en apprenant à compter "Il a une chaussure, deux paires de lunettes, trois montres de gousset et quatre sacs en cuir..." jusqu'à 33. 
Le texte est étrange, il est question d'hymne national, de révérences, de révolution populaire et d'ordres d'expulsion. Et de monde heureux... Pas sûr que tout soit très accessible. Et en plus, ça raconte des trucs faux : "Il travaille douze jours par semaine, treize mois par an".
Alors, certes, c'est rigolo de compter les 19 jeunes filles et leurs 17 noeuds roses. Mais ça s'arrête là. 

Quand au dessin, il a de jolies couleurs vives. Mais je n'aime pas trop cette stylisation des corps ni même ce jeu sur le plein et le vide. Bref, je ne conseille pas. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !