samedi 4 octobre 2008

Le roi d'Afghanistan ne nous a pas mariés


Si Arsène n'a que peu apprécié le livre d'Ingrid Thobois, je lui ai pour ma part trouvé quelques qualités mais je ne l'aurais pas souhaité plus long (paradoxal, on est d'accord).
L'héroïne a accepté une mission dans un pays dévasté par la guerre. Elle part pour y enseigner le français. Là bas, elle tombe amoureuse et vit une liaison passionnelle avec Nathan. Lequel est, bien entendu, marié... et lâche. Mais ce n'est finalement pas cette histoire qui est au cœur du livre. C'est plutôt la découverte d'un pays, de sa beauté brute, de ses habitants accueillants mais aussi, période oblige, le prix d'une vie dans un attentat, les contrôles permanents et l'obligation de rester à l'intérieur d'une frontière. Un livre traité à la première personne, qui ne tient pas toujours compte d'une chronologie et qui se découpe en courts chapitres, comme des extraits d'un journal où l'on ne parlerait que peu de soi ou que de soi. Et finalement, les émotions du coup de foudre sont semblables, qu'il s'agisse d'un homme ou d'un pays que l'on aime puis que l'on quitte, même séparation douloureuse... Ce que je reproche ? Un style qui ne me convient guère, je ne saurais dire pourquoi : trop évasif ? trop saccadé ?
Livre sur un morceau de vie, ailleurs, là où personne ne pense à partir, là où la narratrice s'est trouvée.
Merci au Livre de poche pour cet envoi.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !