dimanche 17 mai 2009

Paysage sombre avec foudre


Voilà plusieurs semaines que j'ai réceptionné ce livre. Je l'ai commencé dès réception. Cela suffit à montrer combien j'ai eu de mal à m'intéresser à ce livre d'Alain Claret. Je crois que dès le début, le style m'a demandé un gros effort. Il n'est pourtant pas illisible mais il ne m'a pas plu. J'ai eu l'impression de me retrouver devant un scénario de thriller.
Mais venons en à l'histoire. Près d'une voiture, dans une forêt, deux hommes et une jeune fille. L'un d'entre eux, le traceur, est mort, l'autre, Sean, tente de trouver comment ne pas faire planter leur mission. S'emparer de Méléna ne semblait pas difficile et pourtant celle-ci lui donne bien du fil à retordre. Elle parvient à lui échapper et se retrouve chez Luc, un habitant de la région. Ce dernier vit chez sa mère, hospitalisée un peu plus loin, et s'occupe d'entretenir la maison.
Sean met alors au point tout un système pour la retrouver. Vétéran des guerres d'Irak et d'Afghanistan, il semble ne devoir faire qu'une bouchée de Méléna. Mais cette belle indienne sait aussi ce qu'est la guerre.
Sur fond de FBI, CIA et autres organisations compliquées, quelques légendes indiennes, beaucoup d'action et de ruse... Pas convaincue par la recette.
Mais merci à BOB et à Robert Laffont pour l'envoi de ce livre.

6 commentaires:

  1. Je l'ai et je sens qu'il va me plaire.

    RépondreSupprimer
  2. C'est le genre de thème que je n'aime pas. Je passe mon tour...

    RépondreSupprimer
  3. Pas pour moi non plus... (je n'ai pas le coup de foudre, ouh ouh, humour du dimanche après-midi sous la pluie !!!)

    RépondreSupprimer
  4. J'en ai également parlé chez moi, il y a quelque temps: j'ai reçu ce volume par le même canal que vous. C'est ici:

    http://fattorius.over-blog.com/article-30482122.html

    Je me souviens d'avoir rédigé le billet dans un cyber-café, un verre de rosé à la main, parce que mon Internet domestique était en panne à ce moment...

    @Liliba: foudre? Figure-toi que chez nous, hier soir, nous avons eu de l'orage, en plus de la pluie. Hé-hé!

    RépondreSupprimer
  5. Tant mieux pour les convaincus, moi je reste hermétique au genre.

    RépondreSupprimer

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !